Pour les Français, manger n’est pas seulement un acte quotidien, c’est un véritable art de vivre. Selon une enquête menée par Les Zooms de L’Observatoire Cetelem, 90 % d’entre eux considèrent que la nourriture occupe une grande place dans leur vie quotidienne. Cependant, les comportements alimentaires des consommateurs évoluent. Le secteur de l’agroalimentaire est plus que jamais confronté aux nouveaux enjeux et défis de consommation. Pour les entreprises, il est alors important d’intégrer pleinement ces nouvelles tendances à leur stratégie de communication.

 

Focus sur ces nouvelles tendances alimentaires qui remplissent les assiettes des Français.

Detox

Le plaisir de manger sainement

En quête d’équilibre, mais aussi de plaisir, les Français sont de plus en plus nombreux à faire attention à ce qu’ils consomment. En quelques années, la nouvelle tendance du « mieux manger » s’est faite une place dans notre quotidien. Cependant, pour les marques alimentaires, « manger sainement » ne doit pas être incompatible avec la notion de plaisir. En effet, toujours selon l’enquête des Zooms de L’Observatoire Cetelem, le fait de « mieux manger » est associé au plaisir pour 74 % des Français. Ils déclarent faire attention à manger pour se faire plaisir (94 %) tout en restant dans le contrôle de l’impact des produits sur leur organisme (84 %).

 

Les Français associent spontanément le fait de mieux manger à quatre critères :

 

  • L’impact des produits sur l’organisme à 93 % (bio, additifs, pesticides, etc.) ;
  • La dimension nutritionnelle à 91 % (gras, salé, sucré, etc.) ;
  • L’impact sur l’environnement à 87 % ;
  • Le fait de se faire plaisir à 86 %.

 

Ainsi, s’ils souhaitent véhiculer des valeurs en adéquation avec les nouvelles attentes des consommateurs, les acteurs de l’agroalimentaire doivent adopter un discours fondé sur la transparence, la naturalité et l’implication sociétale. Pour cela, les entreprises doivent valoriser la présence de labels sur leur packaging qui permettront d’améliorer la qualité perçue du produit.

Home Made

La tendance du « fait maison » envahie nos assiettes

La tendance du « fait maison » a la côte dans les cuisines des Français qui déclarent à 94 % cuisiner au moins une fois par semaine et à 59 % tous les jours ou presque. Non plus perçu comme une contrainte, cuisiner est considéré comme un plaisir pour 72% de ces derniers. Au centre de leur motivation : la volonté de mieux maîtriser leur alimentation.

 

Cette notion de plaisir est cependant plus nuancée chez les jeunes (moins de 35 ans) et chez les hommes pour qui les plats préparés et le grignotage subsistent. En effet, ces deux populations sont en recherche d’alternatives afin d’éviter de cuisiner.

Par ailleurs, un Français sur cinq déclare avoir recours à des solutions pour faciliter la préparation de ses repas, telles que des kits de cuisine ou la livraison de paniers de produits frais. En fonction de la cible à laquelle s’adresse la marque alimentaire, il convient donc d’adapter sa communication afin de mettre en avant : la facilité et la rapidité de préparation. Ainsi, il semble pertinent d’ajouter des idées de recettes simples et rapides sur le packaging mettant en scène l’utilisation du produit dans la vie courante.

Picture Food

Manger connecté… et avec les yeux : l’influence des nouvelles technologies

Les nouvelles technologies se sont invitées à la table des Français, aussi bien pour trouver de nouvelles recettes que pour apprendre à cuisiner. Internet est devenu une source d’inspiration pour 63 % des Français. Les émissions de cuisine ont également une influence pour les Français qui sont 39 % à reproduire les recettes vues à la télévision.

 

L’univers Food constitue une tendance majeure sur les réseaux sociaux. Étant un sujet naturellement et massivement partagé sur ces canaux de communication, la tendance « Instafood » s’est imposée au plus grand nombre. Ainsi, un tiers des Français déclare prendre régulièrement ses plats en photo. Cette nouvelle tendance met en exergue l’impact grandissant du souci de l’esthétique dans l’alimentation des Français. Sans grande surprise, ce phénomène est davantage vérifié chez les jeunes. Ils sont 45 % à prendre régulièrement leurs plats en photos et 36 % à le choisir en fonction de son esthétique, contre respectivement 25 % et 19 % chez les plus de 50 ans.

 

Enfin, dans un contexte où les tendances de consommation sont à la transparence et à la culture du « mieux manger », les Français sont de plus en plus friands des applications telles que Yuka, FrigoMagic ou encore Lifesum. 54 % d’entre eux déclarent les utiliser pour mieux maîtriser la composition des produits et l’impact sur leur santé, 50 % pour l’impact sur l’environnement et 44 % pour la dimension nutritionnelle.

Oranges

L’alimentation durable : les Français se mettent au vert

L’idée d’une consommation plus responsable fait son chemin dans l’esprit des Français. Ils sont 62 % à indiquer réduire leur consommation de viande et consommer des produits de saison (90 %), élaborés en France (88 %) ou locaux (79 %). Cette prise de conscience passe également par des changements de comportement face aux emballages. Ils cherchent à éliminer le plastique de leur consommation. Ainsi, ils sont 72 % à déclarer privilégier les produits réduisant les emballages plastiques.

 

Ces nouvelles tendances alimentaires appellent les marques à une nouvelle manière de communiquer autour de valeurs plus responsables. Les nouveaux enjeux sociétaux se superposent à ceux des grands acteurs de l’alimentaire et pour séduire ses consommateurs, il faudra s’engager dans une démarche plus éthique.

 

Cependant, il faudra veiller à ce que « consommation responsable » et « pouvoir d’achat » ne deviennent pas des enjeux contradictoires. En effet, 64 % des Français estiment que les recommandations alimentaires (composition du produit, qualité nutritionnelle, impact sur l’environnement) ont fait évoluer leur budget à la hausse.

Cet article pourrait aussi vous intéresser

super-market

Les consommateurs sont de plus en plus sensibles à la cause environnementale et à leur santé. Ils veulent plus de transparence.

Comment cela se traduit-il dans les points de ventes ?