En période de crise, se pose la question du bien-fondé de communiquer – ou pas.

Le contexte de la COVID-19 est-il adapté à un discours de marque ? Y a-t-il un risque de dégradation de l’image de marque ? L’attention des Français peut-elle encore se porter sur la publicité ?

 

 

C’est à ces questions que l’institut Kantar et la Régie 366 ont tenté de répondre en comparant les performances des campagnes diffusées en Presse Quotidienne Régionale (du 16 mars au 11 mai 2020) aux performances observées sur l’ensemble de l’année précédente.

L’efficacité des campagnes en PQR n’est pas affectée par le contexte de crise

Premier enseignement, les scores de reconnaissance, d’attribution et d’agrément des campagnes post-testées pendant le confinement sont aussi élevés que d’habitude.

 

Les indicateurs de persuasion en hausse

Le pouvoir de persuasion court terme des campagnes durant le confinement est en augmentation moyenne de 5%. Il traduit une attention accrue des lecteurs aux contenus d’actualité orientés sur la vie quotidienne et un boost des intentions de se rendre en magasin.

 

Le pouvoir de persuasion long terme est quant à lui boosté en confinement avec une augmentation des scores de 20% en moyenne. Les messages publicitaires liés à la crise (RSE, solidarité, adaptation…) et parus durant cette période résonnent particulièrement et contribuent à nourrir l’image des marques dans la durée.

Une efficacité reconnue par les annonceurs

L’efficacité de la Presse Quotidienne Régionale pour communiquer en période de crise est connue des annonceurs.

Les derniers chiffres sur les investissements publicitaires dépensés par media , présentés par le BUMP le 10 novembre, le montrent.

 

Alors que l’ensemble des medias a vu le nombre d’annonceurs chuter de 11 % de janvier à septembre, le PQR66 a gagné 20 % d’annonceurs sur la même période.

 

 

PQR66 : Ensemble des titres de Presse Quotidienne Régionale

Le Panel propriétaire de 366, opéré par KANTAR, constitué de 50.000 internautes représentatifs des Français de +18 ans

Cet article pourrait aussi vous intéresser

Cette étude menée par l’ACPM, Médiamétrie et Kantar, mesure l’audience des marques de Presse en versions Print et Digital.

En tant qu’acteur économique sensible aux enjeux de sa planète, le Groupe Sud Ouest a son rôle à jouer dans la transition écologique.

La chaîne de production du Groupe Sud Ouest est longue et des actions ont déjà été mises en place pour s’engager durablement et s’adapter aux enjeux écologiques.

Le Centre d'Impression Sud Ouest et l'économie circulaire

L’environnement des journaux et des imprimeries évolue sans cesse : nouvelles machines, nouvelles organisations et même savoir faire d’imprimeurs dont l’activité ne se résume plus à faire rouler un journal.

Qualité, réactivité et conditions d’impression toujours plus «propres»  sont désormais au rendez-vous. Ces atouts sont la conséquence d’une évolution constante de nos process et d’une volonté d’offrir de nouveaux services à nos clients.

Le Centre d’Impression Sud Ouest a mis en place une économie circulaire afin que toutes les matières premières utilisées aient une seconde vie : économies d’énergie, chasse au gaspillage et suppression des plastiques sont les préoccupations premières des équipes.

 

Feuilletez le supplément 4 pages réalisé par l’Agence de développement sur les engagements de notre centre d’impression

Des événements digitalisés avec Côte Ouest, TV7 et Digivision

Secteur bouleversé par la crise sanitaire, l’événementiel s’est réinventé. La distanciation sociale a accéléré le mouvement et aujourd’hui nous pouvons vous apporter des solutions concrètes : la digitalisation de vos événements qu’ils soient  BtoB ou BtoC. Ce type d’événements hybrides participe à une approche plus “Green” de l’événementiel.

 

Conférences, forums, conventions… nos filiales spécialistes de l’événementiel et de l’image travaillent ensemble pour vous proposer des solutions dans la conception de votre événement 100% digital. La version digitalisée ouvre de nouvelles opportunités et l’événement devient un média à part entière.

 

Ces événements digitalisés ont des avantages considérables :

 

  • plus d’impression d’invitations
  • plus de limite géographique

= une diminution de l’empreinte carbone individuelle

 

Découvrez le teaser de la digitalisation de vos événements, made in Sud Ouest.

La dématérialisation des factures du groupe

Qu’elles soient destinées aux clients de la régie Sud Ouest Publicité ou aux collaborateurs Sud Ouest, différents outils sont mis en place pour aller vers une dématérialisation des factures.

 

Celle-ci s’inscrit dans la démarche RSE en ce sens qu’elle permet de limiter notre impact environnemental : 

  • Réduction de papier à en-tête facturation, réduction d’impression des factures (encre)
  • Répondre à une demande de clients favorables à cette dématérialisation. On est à l’écoute des besoins des clients et on facilite les échanges.
  • Une technologie plus verte pour l’environnement car réduction des transports
  • Un stockage et archivage plus propre

 

La mise en place de ce « service vert » est fastidieuse mais a un réel impact positif sur la manière de travailler et la collaboration avec nos clients.

La communauté SO Planet

Un projet d’entreprise interne au Groupe Sud Ouest s’est créé sous le nom de SO Planet.

Quelles actions pourrait-on mettre en oeuvre pour améliorer nos pratiques en interne, quelles initiatives Sud Ouest devrait engager pour favoriser la responsabilisation individuelle et collective ?

Étroitement liées à la responsabilité sociétale de notre entreprise, ces questions ont été confiées aux membres de cette communauté qui s’est constituée autour de notre PDG.

 

Engagement pour l’environnement et sensibilisation des collaborateurs !

L’objectif : protéger la planète et le climat en réduisant la pollution et les émissions de CO2 de l’entreprise… à notre niveau. Faire par la même occasion économies et réduction de la consommation énergétique de l’entreprise.

Née sous la forme d’une boîte à idées collaborative, cette communauté informe les collaborateurs sur les bonnes pratiques, les petits gestes et astuces du quotidien qui feront la différence. Des actions faciles à mettre en place qui permettront à chaque collaborateur de faire avancer l’entreprise dans une démarche plus verte.

Pour aller plus loin dans la réflexion de la communication responsable, le Groupe La Poste a fait réaliser une étude sur l’Analyse du Cycle de Vie par le cabinet Quantis.

L’objectif de cette étude étant de mesurer précisément l’impact environnemental des supports de communication papiers et numériques.

De manière générale, cette étude révèle scientifiquement que le papier est souvent plus vertueux en matière de développement durable que le numérique en dépit de ce que l’on peut penser.

Au-delà de notre propre champ d’actions, le Groupe Sud Ouest a un rôle à jouer pour accompagner les acteurs économiques dans leur transition écologique et cela passe notamment par une communication plus responsable. 

Valentine Marc
Communication et Marketing
Photo de Valentine MARC

Cet article pourrait aussi vous intéresser

Escargot

Le Slow mouvement date des années 1980 et s’est formé autour de 3 piliers : bon, propre, juste. Ont émergé différents aspects d’une Slow Life : Slow Business, Slow Tourisme, Slow Parenting…

Nous allons parler du « bandeau cookie », vous savez, celui que l’on voit fleurir sur tous les sites et applications, et qui est géré par une “Consent Management Plateform”, plus communément appelé CMP.

Définition des cookies donné par la CNIL :

Le cookie est une suite d’informations, généralement de petite taille et identifié par un nom, qui peut être transmis à votre navigateur par un site web sur lequel vous vous connectez. Votre navigateur web le conservera pendant une certaine durée, et le renverra au serveur web chaque fois que vous vous y reconnecterez.

Quelle est la nouvelle recommandation donnée par la CNIL ?

C’est officiel !

 

Depuis le premier octobre, les sites internet n’ont plus que cinq mois (jusqu’au 31 mars 2021) pour adopter 2 règles simples sur le consentement à la publicité ciblée et l’utilisation des cookies, sous peine de sanction :

 

  • TRANSPARENCE

Un devoir d’informer de façon claire et synthétique sur la nature du ciblage : publicité personnalisée ou non, publicité géolocalisée, personnalisation du contenu ou encore partage d’information avec les réseaux sociaux.

 

  • CONSENTEMENT

Il doit être aussi simple de refuser les traceurs de publicité que de les accepter, donc un clic pour l’acceptation et un clic pour le refus, alors qu’aujourd’hui c’est plutôt plusieurs clics pour le refus et un clic pour accepter.

Vous l’aurez compris, l’ « Opt In » ou acceptation, vu la symétrie du consentement demandé par la CNIL, va baisser de 80-90% actuellement à moins de 50%, voire diminuer jusqu’à 20%.

(selon les baromètres de Commanders Act et de l’agence Empirik)

 

La raréfaction de la donnée utilisateur, pilier des dépenses publicitaires, risque de fortement impacter les éditeurs. C’est un changement profond de modèle économique, avec un risque de voir le CA baisser de 30 à 50%.

 

Si l’on ajoute à cela la fin des cookies tiers sur Google Chrome en 2022 et déjà leur suppression sur des navigateurs comme Safari ou Firefox, le risque de perte augmente encore.

Quelles solutions pour les éditeurs et publicitaires ?

Travailler ces prochains mois sur une stratégie cookie-less et consent-less (cookie wall?) apparaît inévitable pour les éditeurs de contenus.

Pour revenir au sujet CMP et consentement, peut-être que le plus urgent pour les éditeurs utilisant Google Ad Manager (et ils sont très nombreux), est de statuer sur la base légale des finalités 2, 7, 9 et 10 du TCF v2, consentement ou intérêt légitime.

Pour faire simple : 

 

S’il y a refus de la part de l’utilisateur et base légale du consentement :

le service GAM est indisponible et donc absence de toute publicité. Se posera ensuite la question de la solution technique à déployer pour diffuser de la publicité autrement que par l’outil Google au risque de voir une chute brutale des revenus. Il faudra le remplacer par un autre AdServer qui lui sera en capacité de diffuser de la publicité lors du refus de consentement.

 

S’il y a refus de la part de l’utilisateur et base légale intérêt légitime 

(qui stipule que même si il y a un refus de consentement, certains services doivent continuer à fonctionner pour la survie de l’activité et de l’entreprise)

Le service Limited Ads est activé par GAM, avec la possibilité de faire le ciblage sur les adresses IP ou du contextuel.  Uniquement valable pour les campagnes directes et en médiation.

Le choix me parait simple, mais peut-être un peu moins à mettre en place.

Si pas de consentement, il paraît primordial de trouver une alternative à Google Ad Manager, pour éviter tout recours à l’intérêt légitime sur des finalités à la limite des recommandations de la CNIL. Également, permettre aux campagnes programmatiques en enchères ouvertes de diffuser sur des critères de ciblage contextuel et privacy by design ( protéger les données personnelles dès la conception du traitement des données ).

C’est donc un gros chantier qui s’annonce pour tous les acteurs de la publicité digitale, avec comme date butoire : le 31 mars 2021.

 

Pour en savoir plus, Stratégies en parle par ici 

Florian Poulain
Chef de projet monétisation et Revenue Management

Cet article pourrait aussi vous intéresser

Website

Le “Web” a rapidement été mis gratuitement à disposition du public et est devenu un outil indispensable du quotidien de milliards de personnes. Les  3 étapes de l’évolution du nombre de sites internet.

Fédérés par la régie nationale 366, les titres de Presse Quotidienne Régionale prennent la parole collectivement avec une campagne de communication drôle et décalée signée par Havas Paris.

On gagne tous à lire la PQR !

Après avoir été élue régie de l’année, 366, la régie commune aux éditeurs de la Presse Quotidienne Régionale,  leur donne la parole : les 57 titres de PQR qui accompagnent  quotidiennement les Français se jettent dans le bain avec la campagne “On gagne toujours à lire la Presse Quotidienne Régionale”

 

Conçue par l’agence Havas Paris, la campagne tourne autour d’un spot publicitaire sous 2 versions de 1min30 : une «grand public» signé par la PQR et une professionnelle signée 366.

 

Dans une ambiance digne de “The Full Monty” voire “Le Grand Bain”, la vidéo va au plus près d’une équipe d’anti-héros du quotidien très influencés par les actualités de leur quotidien régional. Ce clip met l’accent sur l’utilité de l’information de proximité et finit par : « On gagne toujours à lire la presse quotidienne régionale » avant d’afficher les logos des 57 journaux de PQR (Ouest France, L’Union, Sud Ouest, L’Ardennais, Charente Libre, Nice Matin, La Provence, Le Républicain Lorrain, La Voix du Nord, Le Télégramme, Le Progrès, La Nouvelle République, La Montagne, La Marseillaise, Midi Libre…).

Un spot qui sera diffusé sur les chaînes des groupes TF1 et M6 et sur les télévisions locales appartenant à la PQR à partir du 19 octobre avec une version 30 secondes de la version grand public.

La PQR, le media utile qui inspire confiance aux Français

Les Français sont unanimes : la presse quotidienne régionale est le média le plus utile à leur quotidien !

La PQR française représente aujourd’hui une soixantaine de titres qui réunissent chaque jour 20 millions de lecteurs, sur supports papier ou numériques.

Un rôle qui s’est d’autant plus renforcé avec le confinement qui a démontré que ce média est légitime en terme d’utilité et comme compagnon d’information du quotidien des français.

 

L’étude Média Rating menée avec Kantar montre que la presse quotidienne régionale est perçue comme le média plus utile au quotidien pour 44 % des interrogés (+2 points en deux ans), loin devant les télévisions nationales (31 %) et les quotidiens nationaux (28 %).

Une première communication télévisée au nom de la PQR qui réaffirme sa place utile dans le quotidien des Français mais aussi sa modernité. Ou comment la PQR nous montre que le print n’est pas ringard !

Cet article pourrait aussi vous intéresser

la presse

Parfois considérée – à tort – comme dépassée, la presse écrite regorge de ressources et surmonte de la plus belle des manières l’avènement de l’ère du digital.

Le Baromètre unifié du marché publicitaire 2020 a été présenté ce 15 septembre par Kantar Media, l’IREP et France Pub.

 

Les résultats dévoilent l’impact de la crise sur le 1er semestre : les recettes publicitaires des médias sont en baisse de -22% par rapport au 1er semestre 2019 (vs +3,8% au 1er semestre 2019).

BUMP-recettespub

Une évolution en baisse
BUMP-ensemble-medias

La Presse Quotidienne Régionale et la radio connaissent des baisses plus faibles (-22 % et -21.6 %) que la presse toute confondue (-30,9 %).

 

D’autres secteurs ont connu une baisse plus brutale, notamment la publicité extérieure avec une baisse de -43,3 % (vs +4,7 % au 1er semestre 2019) et les imprimés sans adresse avec une régression de -41 %(vs -4,3 % au 1er semestre 2019).

La PQR, un média qui reste fort
Recettes_pub_presse

Suite à la grande phase de baisse d’investissements publicitaires entre mars et mai, l’été a été plus clément avec les différents médias notamment avec la Presse Quotidienne Régionale (PQR) qui a été moins touchée que les autres grands médias.

 

Les quotidiens régionaux voient leur pagination progresser (+17 %), grâce à la bonne tenue de la PQR nationale. Cette dernière étant un média d’appui commercial rapide à mobiliser, a été moins touchée par la baisse des investissements publicitaires. La distribution généraliste a d’ailleurs surinvesti en PQR avec une hausse de +34,6 %

 

La PQR est restée un média plébiscité par les entreprises grâce à sa proximité avec ses lecteurs. La crise sanitaire a renforcé le rôle de la presse régionale comme source d’informations locales primordiales pour les usagers.

Volumes-pub-presse

Les prévisions pour la fin d'année 2020

Les hypothèses qui ont été retenues pour estimer l’évolution du marché publicitaire sont celles d’une croissance du PIB entre -9 % et -10 % et d’une crise sanitaire sans perte de contrôle du système de soins (ce qui exigerait l’adoption de mesures plus sévères).

 

Bien que la reprise soit plutôt positive depuis le mois de juin, elle devrait garder un rythme plus lent jusqu’à la fin de l’année face aux incertitudes du plan sanitaire et économique.

 

Le niveau mensuel des investissements de communication devrait revenir à celui d’avant la crise d’ici la fin d’année.

 

« Cette baisse engendrerait une perte d’environ 7 milliards, ce qui ramène le montant net du marché à 27,2 milliards d’euros… un niveau équivalent à celui de l’année 1999 ! »

Méthodologie
Le bilan semestriel du marché publicitaire est le résultat du rapprochement des données de pression publicitaire brute de Kantar avec les dépenses en net des annonceurs déclarées à France Pub et des recettes publicitaires des régies recueillies par l’IREP.

Pour retrouver l’ensemble du Baromètre unifié du marché publicitaire c’est ici

Cet article pourrait aussi vous intéresser

Cette étude menée par l’ACPM, Médiamétrie et Kantar, mesure l’audience des marques de Presse en versions Print et Digital.

La chaîne du Groupe Sud Ouest, TV7, a présenté une toute nouvelle grille de rentrée le 7 septembre dernier. Le  positionnement de la chaîne est renforcé « nouveaux programmes, nouvel habillage, et meilleure digitalisation des contenus sur les réseaux sociaux et SudOuest.fr sont les moteurs de cette grille de rentrée inédite ».

TV7 marque sa rentrée 2020 par le lancement de la première matinale d’informations locales en Nouvelle-Aquitaine, de 7h à 9h du lundi au vendredi. Cette émission sera animée par Raphaëlle Orenbuch, journaliste-présentatrice de la chaîne.

La nouvelle grille s’articulera autour des 3 principaux carrefours d’audience :

 

  • La matinale de 7h à 9h
  • Le Sport à 19h
  • La soirée

Avec une programmation régionale continue 24h/24 et 7j/7.

 

Les matinées Magazines et les après-midi Culture & Patrimoine seront aussi des rendez-vous incontournables autour de sujets passionnants sur la région Nouvelle-Aquitaine (économie, gastronomie, patrimoine, …).

L’audiovisuel est l’un des axes forts de la stratégie du Groupe Sud Ouest […] L’information est au cœur de notre activité, et l’ambition qualitative des nouveaux programmes de TV7 va bénéficier de la puissance des rédactions et des audiences des supports numériques du groupe. Cette convergence des médias est une formidable opportunité pour un groupe régional comme le nôtre ». Patrick Venries, président de GSO.

Vous pouvez visionner le live, le replay et les news de TV7 sur votre télévision, sur le site  https://www.tv7.com/  ou sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram).

Pour découvrir toutes nos offres publicité télé : sponsoring d’émissions, campagnes de spots, publireportage, formats natifs et brand content contactez-nous.

Cet article pourrait aussi vous intéresser

Cette étude menée par l’ACPM, Médiamétrie et Kantar, mesure l’audience des marques de Presse en versions Print et Digital.

  • One Next, c’est quoi au juste ?

Cette étude menée par l’ACPM, Médiamétrie et Kantar, mesure l’audience des marques de Presse en versions Print et Digital.

 

28 000 personnes âgées de 15 ans ou plus sont interrogées sur leurs lectures, quel que soit le mode de lecture (journal papier, site ou application). Une audience globale est ainsi construite.

One Next se décline en plusieurs versions :

 

– One Next, qui donne une audience correspondant à l’édition papier du titre ainsi que le profil des lecteurs.

 

– One Next Global, qui donne une audience Print, Digital et Global de la marque de Presse sur 30 jours.

 

– One Next Influence, qui donne l’audience de la Presse sur la population cadres et sur les foyers à hauts revenus.

 

– One Next Insight, qui associe les habitudes de lecture de la Presse (Print et Digital) avec les attitudes, les comportements et les consommations des individus.

 

– One Next Access, pour les titres de Presse à diffusion limitée.

 

– One Next Tempo, qui qualifie les lectures Presse et intègre des notions de temporalité.

 

 

One Next et One Next Global, sont publiées 4 fois par an.

 

 

Les autres versions, One Next Influence, One Next Insight, One Next Access et One Next Tempo, sont publiées quant à elles 1 fois par an.

  • Les principaux résultats de la vague 2 de One Next Global 2020

La vague 2 correspond aux audiences digitales d’avril. Une période propice aux sites d’information.

 

82,7 % des Français lisent au moins une marque de Presse en version numérique (ordinateur, mobile ou tablette), soit 43,6 millions d’individus.

 

La Presse Quotidienne Régionale (PQR) est lue sous forme papier ou numérique par

44 133 000 Français, soit 83,7 % de la population sur un mois.

 

 

Les résultats de One Next Global 2020 vague 2.

  • Zoom sur l’audience de la Presse en Nouvelle Aquitaine

SUD OUEST, est la première marque de Presse en Nouvelle-Aquitaine, avec 3 070 000 lecteurs Print et Digital sur un mois, devant Le Figaro avec 2 557 000 lecteurs Print et Digitale et Le Monde 2 339 000 avec lecteurs Print et Digital.

 

En version papier, SUD OUEST est lu par 2 341 000 lecteurs sur un mois, Le Figaro par 649 000 lecteurs et Le Monde par 819 000 lecteurs.

Infographie One Next
Methodologie One Next 2020
Isabelle Dousset
Responsable Etudes et Content Marketing

Cet article pourrait vous intéresser

la presse

Parfois considérée – à tort – comme dépassée, la presse écrite regorge de ressources et surmonte de la plus belle des manières l’avènement de l’ère du digital.

Alors que la crise liée au coronavirus touche de plein fouet l’économie française, elle fait également naître de nouveaux modes de consommation.

 

Pour tirer leur épingle du jeu, les entreprises ont dû réadapter leurs façons de travailler, de communiquer et de distribuer en tenant compte de l’évolution des comportements.

 

Sur ce point, le digital semble être le grand « gagnant » du confinement. En effet, la période a mis en exergue l’importance de la transformation digitale des entreprises. Tour d’horizon des secteurs qui ne connaissent pas la crise face au Covid-19.

Visioconférence

Les visioconférences, stars du télétravail

Le travail à distance se développant, les entreprises ont été poussées à trouver de nouveaux moyens pour communiquer avec leurs salariés et leurs clients.

La visioconférence s’illustre ainsi comme le nouvel outil adéquat pour permettre la poursuite de l’activité. Collaboration plus fréquente, réduction directe des coûts, son utilisation est rentrée dans les habitudes de millions de travailleurs.

 

Devenues indispensables, les applications de visioconférence telles que Zoom, WebEx ou encore Google Meet, sont les grandes gagnantes du confinement. D’après le nouveau rapport d’App Annie, elles ont été téléchargées plus de 62 millions de fois entre le 14 et le 21 mars 2020. Teams, l’outil collaboratif de Microsoft, a quant à lui enregistré une augmentation de 1000 % en mars 2020.

 

Adopté par les salariés, le télétravail a encore de beaux jours devant lui, tendant à devenir le nouveau mode de travail privilégié des entreprises et entrainant avec lui le développement des outils de visioconférence.

Amazon

L’hégémonie des GAFA

Alors que la majorité de la population mondiale est confinée, les services dématérialisés des géants Google, Amazon, Facebook et Apple sont devenus des supports indispensables. Effectuer ses achats en ligne, se distraire, télétravailler ou encore communiquer avec ses proches, les habitudes des Français ont pris une dimension numérique.

 

Concernant la publicité en ligne, les GAFA doivent faire face à la chute de leurs revenus publicitaires. Bien que les plateformes enregistrent une légère hausse de fréquentation, elles pâtissent d’un ralentissement des investissements publicitaires. Cette réduction significative de la demande des annonceurs est tout de même à nuancer. En effet, on observe une stabilisation des recettes publicitaires enregistrées par Facebook au même niveau qu’au premier trimestre 2019.

 

Loin de s’arrêter en si bon chemin, les GAFA se mobilisent dans la lutte contre l’expansion du virus. Google et Apple ont annoncé leur effort conjoint dans un projet permettant le suivi numérique des individus ayant été à proximité de personnes infectées.

E-commerce

Le confinement profite au e-commerce français

Avec le confinement, les ventes en ligne de certains secteurs ont été relancées. D’après une étude de la Fevad, 18 % des sites e-commerce ont enregistré un chiffre d’affaires en hausse, notamment dans l’alimentation, la téléphonie-informatique et les produits culturels/éducatifs.

 

De même, cette période difficile a accéléré la transformation digitale des petits commerces locaux.

Pendant longtemps réfractaires aux outils digitaux, ils ont été nombreux à intégrer ces nouveaux usages pour faire face aux nouvelles attentes de leurs clients et surmonter la crise.

 

Afin de soutenir les petites entreprises locales, des projets e-commerce solidaires et participatifs ont vu le jour. Dans la région Sud-Ouest, la plateforme interactive « Tous Bassin » a été créée et regroupe les informations des commerces locaux pendant cette crise sanitaire du coronavirus. Ne disposant pas de site e-commerce dédié pour leur boutique, cette initiative a permis de donner de la visibilité aux commerçants du bassin qui ont maintenu leur activité durant le confinement.

 

Le Groupe Sud Ouest a également lancé Courses contre la montre pour soutenir les commerçants et producteurs en permettant à leurs clients d’acheter des produits qu’ils pourront consommer également après le déconfinement.

 

En parallèle, les épiceries et les supermarchés ont fait leur arrivée sur les applications de livraison telles que Deliveroo et Uber Eats. Un service pour lequel les consommateurs ont été demandeurs, comme l’indique l’étude GfK.

Video Game

L’industrie du jeu vidéo bat des records

« Fortnite », « Animal Crossing : New Horizons » ou encore « Call of Duty : Warzone », ces jeux vidéo ont rythmé les longues journées des Français. Obligés de rester chez eux, les adeptes de jeux n’ont jamais autant joué et dépensé que durant le confinement. Selon le rapport publié par le cabinet SuperData, le secteur a connu un mois d’avril record. En effet, les dépenses mondiales consacrées aux jeux vidéo ont atteint 10,5 milliards de dollars en avril 2020 soit une augmentation de 17 % par rapport à avril 2019.

 

Faisant office de cour de récréation, les plateformes de live stream ont également vu croître leur fréquentation. L’arrêt des compétitions sportives a donné un coup de projecteur à l’eSport, pratique de jeux vidéo compétitifs, seul ou en équipe. Encore peu exploré par les clubs professionnels, l’eSport a permis aux sportifs de trouver un nouveau terrain de jeu pendant le confinement avec la digitalisation des compétitions. En mars 2020, la plateforme Twitch, certainement la plus plébiscitée, a comptabilisé 1,2 milliards d’heures de visionnage soit une augmentation de 23 % par rapport à février 2020.

 

 

L’expérience du confinement a mis en lumière l’importance vitale pour les entreprises d’intégrer des outils technologiques et des solutions digitales. S’il était déjà présent dans nos vies quotidiennes, le confinement a considérablement accéléré la transformation digitale de nombreux secteurs.

Cet article pourrait vous intéresser

Le e-commerce représentait déjà en 2020 un axe de développement majeur, après la crise du COVID 19 il devient la solution de distribution la plus sollicitée par les consommateurs mais aussi par les entreprises.

Après la suspension de certains et la reprogrammation des autres, les différentes thématiques et magazines font leur retour !
  • Magazines
Sud Ouest le Mag
Le MAG fait son retour le samedi 29 août, avec quelques retouches éditoriale. Mais un vrai plaisir de retrouver ses possibilités de communication et de Hors Média dès la fin de l’été !
Sud Ouest Gourmand
Le Sud Ouest Gourmand revient en kiosque dès le 1er septembre , avec la sortie du numéro 50.
Le contenu sera axé sur le retour du « bien manger » et les filières locales.
  • Dossier spéciaux thématiques

La programmation de nos dossiers thématiques a été revisitée comme suit :

Supplément HABITAT

Spécial Habitat-Déco dans Le MAG

Initialement prévu au printemps, il sera en mode automne. Une belle période qui précède les fêtes de fin d’année : le bon moment pour repérer le canapé qui irait bien dans le salon ! Le spécial Habitat paraîtra le 21 novembre.

 

  • Clôture pub : 16 octobre
  • BAT Doc : 30 octobre

 

Pour accéder aux informations sur ce supplément, c’est par ici. 

SOECO-RSE

Spécial RSE dans le quotidien :

 

Une dynamique d’entreprise plus que jamais à booster ! Il paraîtra fin septembre au cœur de la Semaine du Développement Durable. Pleins de sujets seront développés dans un contexte de sortie de crise ou l’Humain et l’Ethique reprennent tout leur sens ! Retrouvez ce supplément économique incontournable le 24 septembre prochain.

 

  • Clôture pub : le 11 septembre
  • BAT Doc : 21 septembre

 

Pour tout savoir sur le supplément RSE, découvrez la page dédiée.

Senior Mag

Spécial Senior dans le MAG :

 

De supers sujets proposés par le Rédaction qui zoome sur cette part importante de la population. Sa date de parution est prévue pour le 17 octobre.

 

  • Clôture réservations : 11 septembre
  • BAT Doc : 25 septembre

 

Pour feuilleter le Kit Media c’est ici.

Magazine Immo

Spécial immobilier :

Le magazine spécial immobilier est reprogrammée à l’automne, dans LE  MAG du samedi 7 novembre.
Ce sera l’occasion de poser un bilan et des projections de relance de cette activité économique importante.

 

  • Clôture réservations :  2 octobre
  • BAT Doc : 22 octobre

 

Pour accéder aux informations de ce supplément, suivez ce lien.

TOP14-supplément

Hors-série annuel Top 14 – Prod 2 :

 

Après ces derniers mois de disette, les amateurs d’Ovalie feront sûrement un bel accueil à ce Guide de la Saison qui redémarre. Ce hors-série annuel sortira fin août.

Pour découvrir le supplément Rugby, cliquez ici.

On s’arrête là pour le moment mais suivront très vite le dossier Eco, le Guide des Séminaires et Noël

Eric Lacoste
Directeur Développement Commercial
Eric Lacoste

Cet article pourrait aussi vous intéresser

Une journal Sud Ouest 31 mars 2020

Plus que jamais à vos côtés , Sud Ouest Publicité adapte son offre pendant la crise sanitaire

Dans ce contexte inédit, Sud Ouest Publicité se mobilise aux côtés des acteurs économiques de notre région et propose, depuis le 23 mars, une offre aménagée avec les nouveaux dispositifs éditoriaux de Sud Ouest.

Terre de Vins et Winalist s’associent pour créer une nouvelle plateforme d’Oenotourisme. Cette interface vise à relancer l’activité touristique des acteurs du vin suite à la crise sanitaire du Covid-19.

  • Terre de Vins x Winalist

Terre de Vins organise depuis deux ans les Trophées de l’Oenotourisme , événement qui met à l’honneur les châteaux et domaines viticoles qui proposent des offres œnotouristiques.

 

Afin de soutenir cette filière, Terre de Vins et Winalist ont créé une plateforme labellisée Terre de Vins pour relancer la saison touristique.

 

Cette plateforme permettra aux passionnés et amateurs de vins de réserver des activités touristiques dans différents domaines viticoles recommandés par la rédaction Terre de Vin !

Terre de Vins x Winalist est une interface qui profite du savoir-faire de ces deux acteurs.

Terre de vins est un média 360° spécialisé dans le vin, l’œnotourisme et l’art de vivre en France. Chaque année au printemps, un hors-série oenotourisme recommande les meilleures offres œnotouristiques dans la France entière.

 

Véritable guide pour les amateurs avec ses dégustations et ses portraits de personnalités du monde vitivinicole, Terre de vins c’est aussi :

 

• 300 000 lecteurs
• 1 500 000 visiteurs uniques par an sur terredevins.com
• 100 000 fans et followers sur les réseaux sociaux

Winalist est une plateforme digitale, disponible en 11 langues, qui permet aux professionnels du vin de proposer à la réservation leurs expériences oenotouristiques au sein de leur(s) établissement(s).
Depuis le lancement de sa nouvelle version l’année dernière, 100 000 utilisateurs ont pu découvrir pas moins de 450 expériences proposées par environ 250 professionnels viticoles.

Demande de devis