La crise sanitaire que nous vivons actuellement change les habitudes des consommateurs à court-terme mais modifie également le paysage publicitaire au long-terme.

 

Grâce à son Baromètre mondial Covid-19 qui réunit 25 000 consommateurs dans 30 pays différents, KANTAR souhaite aider les entreprises et leurs marques dans leurs décisions prises pendant, et après cette pandémie mondiale.

 

Cette étude met en lumière les évolutions des comportements des consommateurs et le rôle que les marques peuvent y jouer, mais également les enjeux communicationnels, marketing et commerciaux à venir.

  • Des préoccupations individuelles aux préoccupations collectives

Bien que 76 % des personnes interrogées soient préoccupées par l’effet que pourrait avoir le coronavirus sur leur santé, d’autres facteurs sont des sources d’inquiétudes pour les Français.

 

L’impact présent ou futur de cette crise sur leur avenir ou sur celui de leurs proches (revenu personnel, scolarité et études des enfants) révèlent les préoccupations des Français pour leur bien-être individuel…

Kantar Covid 19

…Mais également pour le bien-être collectif !

KANTAR COVID 19
  • Les comportements d’achats évoluent

79 % des interrogés déclarent que le coronavirus a un impact sur leur vie quotidienne.

 

Divers comportements sont visibles : certains réduisent leurs dépenses et leurs achats en physique comme en ligne alors que d’autres effectuent leurs premiers achats online notamment dans les secteurs de l’alimentation et du textile.

 

L’évolution des modes de consommation liée à la crise du Covid-19 oblige les différents secteurs d’activité à adapter leur stratégie d’investissement.

  • L’implication des marques

« Les Français attendent des marques qu’elles améliorent leur quotidien qu’elles aident la société … davantage encore pendant cette crise »

 

Les consommateurs attendent beaucoup des marques en cette période incertaine. Les entreprises doivent donc assumer leur rôle d’employeur en protégeant et en soutenant leurs salariés, mais elles doivent également s’inscrire dans une démarche collective en apportant leur aide à la société et aux Français confinés.

KANTAR Covid-19

Les entreprises ne doivent donc pas stopper leurs communications pour ne pas affaiblir leur image de marque.

Les marques qui sauront faire face à cette crise exceptionnelle en ressortiront plus fortes.

  • Une communication responsable
KANTAR Covid-19

Communiquer oui, mais de manière responsable. Les marques peuvent continuer à occuper une place dans les médias seulement si leur message reste clair, pertinent et apporte des informations utiles aux consommateurs.

 

Les Français désirent connaître les actions concrètes mises en place par les entreprises et ce qu’elles pourront leur apporter au quotidien. On ne vend plus son produit ou service, mais bien ses valeurs de marques.

Cette crise obligera les marques à s’adapter aux nouveaux modes de consommation qui en découleront.

Le human centric est plus que jamais le point central pour établir ses stratégies futures.

Retrouvez l’étude complète à télécharger ici :

KANTAR COVID-19
Marie Sallaberry
Marketing & Communication
Marie

Dans les circonstances exceptionnelles que nous vivons actuellement, comment les marques peuvent-elles s’adresser à leurs clients ?

Pour accompagner les entreprises dans leur réflexion autour de leur communication pendant la crise, la Presse Quotidienne Régionale et sa régie nationale, Régie 366, a interrogé les Français pour connaître leur état d’esprit dans ce contexte si particulier de confinement.

 

366 met à votre disposition les résultats de son étude exclusive sur les « Français en confinement ». Ce baromètre est réalisé par KANTAR sur le panel propriétaire de 366, auprès d’un échantillon, de 1 478 internautes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

 

Comment évolue leur niveau d’inquiétude, que font-ils chez eux, comment vivent-ils cette période,comment s’informent-ils, que changent-ils au quotidien dans leurs pratiques de loisirs, de travail et d’information ? Quelques éléments de réponse.

  • L’information au coeur des préoccupations des Français

En période de confinement, 98 % des Français déclarent s’informer quotidiennement de l’actualité, dont 38 % plus de 5 fois par jour et 67 % d’entre eux déclarent suivre l’actualité plus que d’habitude.

fréquence d'information
67 % des français suivent plus l'actualité qu'avant
  • Le télétravail, d’accord, mais pas trop longtemps

84 % des Français concernés par le télétravail se déclarent satisfaits par sa mise en place. Toutefois, 58 % des Français en télétravail et satisfaits de l’être déclarent que “le bureau leur manque”. Les raisons invoquées : le manque de lien social (les collègues, les réunion d’équipe) et sortir de chez soi.

ce qui manque aux salariés en télétravail
  • Qu’en est-il de la consommation ?

On a beaucoup parlé ces derniers jours de la ruée vers certains produits (pâtes, gel hydroalcoolique, papier hygiénique…) mais ces comportements ne reflètent pas la consommation “en générale”.

 

Si les courses alimentaires résistent à la période de confinement, il n’en est pas de même pour les autres secteurs. Le prêt-à-porter et les transports étant, logiquement, les plus touchés.

 

18 % des personnes interrogées déclarent avoir augmenté leurs dépenses de courses alimentaires, 36 % estiment qu’elles ont diminué leurs dépenses et 47 % que leurs dépenses alimentaires n’ont pas évolué.

la consommation par secteur depuis le confirnement

Tous les résultats de cette première vague sont téléchargeables ici :

Comment les comportements des Français vont-ils évoluer au cours des prochaines semaines ? Nous le découvrirons dans la prochaine vague du Baromètre 366/KANTAR sur “Les Français en confinement” que nous ne manquerons pas de vous partager.

Isabelle Dousset
Responsable Etudes et Content Marketing

Cet article pourrait aussi vous intéresser

Une journal Sud Ouest régional du 23 Mars 2020

Sud Ouest adapte son offre Papier et Digital pendant la crise du coronavirus

L’édition Papier du journal parait en version unique sur l’ensemble de la zone de diffusion.

Un dispositif Digital actualisé chaque jour de 6h00 à 23h00.

Le marché du tourisme Français ne s’est jamais aussi bien porté et espère atteindre un objectif de 100 millions de touristes pour 2020.

En 2018, 88 millions de voyageurs du monde entier sont venus visiter la France générant ainsi 55 milliards d’euros de chiffre d’affaires. En été, un quart de l’Europe du Nord traverse notre pays et y reste pour bronzer sur ses plages. L’intensité des populations augmente au point de multiplier par dix et parfois même par cent le nombre de résidents. 

 

Dans l’enquête “Le vrai, l’authenticité, valeur cardinale”, réalisée par KANTAR TNS pour 366, plus de 90% des personnes interrogées déclarent que la recherche d’authenticité est très importante pour elles-même, dans leur relation aux autres et par rapport aux produits et aux marques qu’elles consomment. Le désir d’une expérience touristique vraie, authentique et plus naturelle a pris le pas sur le tourisme de masse. 

 

Mais quel impact cette quête a t’elle sur le tourisme de proximité ?

Un tourisme intérieur fort

Selon l’IPSOS, l’été dernier 69% des français avaient prévu de partir en vacances pour une durée moyenne de deux semaines et pour 56 % d’entre eux leur destination était la France.

Il s’agit du taux de citoyens restant dans leur pays pour les vacances le plus élevé d’Europe.

 

Il n’est pas surprenant que le tourisme intérieur soit très élevé en France, avec la diversité d’activités et de lieux, la variété de paysages entre stations balnéaires, montagnes, campagnes et villes.  

 

En Nouvelle Aquitaine plus particulièrement, 3 251 500 personnes de 15 ans et plus déclarent être partis en vacances en France au cours des 12 derniers mois, soit 66% de la population.

Le succès des courts séjours

Avec un désir d’escapade et un budget réduit, 1 français sur trois serait capable de partir en vacances à la dernière minute. Les français partent plus mais sur une durée plus courte :

 

51% des Neo-Aquitains partis en vacances en France l’ont fait à moins de 2 heures de leur résidence principale.

Le tourisme de proximité séduit un Neo-Aquitain sur deux.

Le littoral reste la destination préférée des français

Avec 5 500 km de côtes sur les trois façades maritimes réparties sur 883 communes en bord de mer, lagunes ou étangs salés, le littoral est la destination préférée des français. 

Les voyageurs en quête d’authenticité sont un atout majeur pour le tourisme de proximité. 

Comme le souligne Sandrine Derville,vice-présidente du Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine en charge du tourisme dans le journal 20 minutes,  « Les départements littoraux de l’ex-Aquitaine attirent à eux seuls 10 millions de visiteurs. D’Hendaye à Oléron, le littoral c’est le site touristique numéro un de la Nouvelle Aquitaine. »

 

La Nouvelle Aquitaine est riche de ses territoires touristiques attractifs, et séduit en moyenne 28 millions de touristes tous les ans.

Notre région a la cote

Elle se place ainsi au premier rang des régions pour les nuitées des résidents français et en 5ème position pour les voyageurs internationaux. En 2019, la consommation touristique a généré près de 18 milliards d’euros soit 9% du PIB régional. 

Le futuroscope, les tours de la Rochelle, Lascaux IV, la Cité du Vin, le centre de mémoire d’Oradour et Terra Aventura, sont les sites les plus visités.

 

Se ressourcer, se retrouver avec ses proches est de loin l’objectif principal recherché dans le tourisme local. Le besoin de contact avec la nature, la présence de sites touristiques attractifs, comme la volonté de maîtriser son temps et son budget, font également partie des leviers.

Acteurs du tourisme, il est déjà temps de communiquer !

En moyenne, les français réservent 4 à 6 mois en avance leurs vacances*, il est donc primordial de prendre la parole dès à présent pour orienter sa communication aux aspirations des touristes locaux.

 

Découvrez nos offres dédiées au tourisme pour cibler votre communication.

Guide de l'été

Le magazine départemental dédié au tourisme régional, aux richesses et coups de coeur de l’été est de retour.

 

Profitez d’une diffusion de plus de  600 000 exemplaires sur tout le territoire et d’une puissance inégalée de 1 292 000 lecteurs sur les  7 départements. Avec un maillage géographique et près de 30 000 exemplaires distribués en street marketing sur les agglomérations de la région,  communiquez efficacement auprès d’une cible touristique.

Un été dans les Pyrénées

Fort du succès du guide Un hiver dans les Pyrénées, une édition estivale est diffusée cet été.

 

Une édition 100% native réalisée par et pour nos annonceurs. Découvrez les valeurs d’authenticité, de liberté et d’aventures vraies que représentent nos montagnes à travers la richesse des hommes, des activités et la beauté de la nature qui les environne. Un hors-série distribué avec Sud Ouest Le MAG à 200 000 exemplaires, couplé à 20 000 exemplaires en Street Marketing et 25 000 exemplaires sur le marché Nord Espagne. Sud Ouest s’engage à vos côtés pour que les plus beaux souvenirs de vos vacanciers soient celui d’un ÉTÉ dans LES PYRÉNÉES.

Les Trophées du Tourisme

En mai, La Direction du Tourisme du Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine en partenariat avec Sud Ouest récompensent les acteurs du tourisme qui participent à la valorisation et au rayonnement de l’offre touristique de la Nouvelle Aquitaine. Durant cette soirée, les belles histoires et les belles réussites seront racontées par les professionnels du tourisme. Participez à cette soirée pour communiquer auprès d’un public attentif.

Sources :

Mémento du tourisme 2016 et 2015, enquête « EVE » de la direction générale des Entreprises (DGE)

Enquête Sud Ouest Publicité – Kantar TNS  / ONE cumul 2017 / Population 15 ans et plus

Comité régional du tourisme et Région Nouvelle-Aquitaine, 2017

Consortium Immobilier , 2017, échantillon de 911 français âgés  de 24 à 65 ans

Cet article pourrait aussi vous intéresser

Se ressourcer, se retrouver avec ses proches est de loin l’objectif principal recherché dans le tourisme local pour les Neo Aquitains. Une piste à explorer pour les professionnels du tourisme afin de bâtir une communication efficace.

La 53ème édition du Consumer Electronic Show (CES), rassemblant les grands acteurs mondiaux de l’innovation Tech, vient de s’achever. L’occasion de revenir sur les grandes tendances qui influenceront cette année 2020.

  • Les nouvelles télévisions vont-elles modifier les usages ?

L’adoption des téléviseurs 4 K n’est pas terminée que les constructeurs se lancent dans la 8 K.

Parallèlement, la taille des écrans continue d’augmenter. 50 pouces en moyenne aux Etats-Unis et 46 pouces en France d’après la CTA, Consumer Technology Association.

SAMSUNG a présenté l’écran Borderless, LG son nouveau téléviseur OLED, incurvable et d’une extrême finesse.

 

Ces nouveaux écrans de télévision vont-ils freiner l’éclatement des audiences et le développement de la VOD (vidéo à la demande) ?

 

Le temps où la famille se retrouvait autour de la télévision pour visionner, ensemble et en première diffusion un programme est révolu. La durée d’écoute quotidienne moyenne de la télévision décroit lentement depuis 5 ans.

 

La télévision est devenue un média individuel, que l’on « consomme » en différé, sur des écrans personnels.

 

Les nouvelles télévisions qui offrent une expérience de visionnage très qualitative peuvent recréer des moments où la famille, les amis se retrouvent autour d’un programme. Mais les carrefours d’audience qui réunissent des millions de téléspectateurs au même instant seront plus rares.

  • En attendant la 5 G

Pour Xavier Dalloz qui dirige la Mission française CES « Le monde zéro latence va tout changer ».

 

Ce sera un nouveau souffle pour accélérer le renouvellement des smartphones. Avec un taux d’équipement élevé, 77 % des Français disposent d’un smartphone en 2019 (1), et des innovations limitées, le marché des smartphones manque de dynamique.

 

(1) Baromètre du Numérique 2019 – ARCEP

  •  Plus de contrôle sur Twitter

Du côté des réseaux sociaux, Twitter a annoncé la mise en place de nouveaux outils de contrôle. Il sera bientôt possible de choisir qui pourra répondre à un message. L’utilisateur pourra sélectionner une des quatre options possibles :

 

– n’importe qui peut répondre

– uniquement les comptes que l’utilisateur suit peuvent répondre

– uniquement ceux cités dans le Tweet peut répondre

– pas de réponse immédiate

 

De nouveaux modes de contrôle pour palier le départ du réseau de personnalités qui comptent des millions d’abonnés.

  • Une pomme de terre fait le buzz

Pour démontrer l’absurdité de certaines innovations présentées  au CES, Nicolas Baldeck, un entrepreneur français, a monté un stand pour présenté Potato, la « première patate intelligente ».

 

Une pomme de terre connectée qui décode le langage de la pomme de terre grâce à une interface « patate-machine à haut débit ».

 

Un beau coup de pub pour cet entrepreneur dont « l’innovation » a été reprise sur le WEB et le Print.

 

Pour nous rappeler qu’une bonne publicité, c’est avant tout une bonne idée !

La patate connectée du CES 2020

Cet article pourrait aussi vous intéresser

10 tendances 2020 marketing et communication

En 2020, quelles tendances massives ou émergentes vont nous guider dans nos réflexions stratégiques ?

Le Baromètre du Numérique 2019 vient de paraître. Cette étude de référence pilotée par l’Arcep, le CGE et l’Agence du Numérique nous éclaire sur les équipements et usages numériques des Français.

  • Le smartphone, privilégié pour se connecter à internet

77 % des français disposent d’un smartphone. Chez les plus jeunes on frôle les 100 % : 98 % des 18-24 ans et 95 % des 25-39 ans sont équipés. Le taux d’équipement des 70 ans et plus continue de progresser pour atteindre 44 %.

Le smartphone est devenu incontournable pour se connecter à internet. Il est le device le plus utilisé par une majorité des Français, et ce, même à domicile (57 % des Français utilisent le mobile pour se connecter à internet à domicile).

  • Les réseaux sociaux et les achats en ligne, des usages qui ne progressent plus

Le nombre d’utilisateurs d’internet en France en 2019 est stable par rapport à 2018 avec 88 % d’utilisateurs et 78 % d’utilisation quotidienne (contre 80 % en 2018).

Les usages sont installés et ne progressent plus. 60 % des Français utilisent les réseaux sociaux, un chiffre stable depuis 2 ans. Les achats sur internet sont une pratique pour 62 % des Français, contre 61 % en 2018.

Barometre numerique 2019
Isabelle Dousset
Responsable Etudes et Content Marketing

Cet article pourrait aussi vous intéresser

Les français jugent les medias

Dans un contexte de défiance envers l’information, quels rapports les Français entretiennent-ils avec les médias ? Pour la 3ème année 366 et KANTAR explorent la relation entre les Français et les médias avec l’enquête Media Rating Edition 2019.

Les premiers résultats de la nouvelle étude d’audience de la presse (en versions Print et Digital), ONE NEXT 2019 ont été publiés jeudi 21 novembre.

Ces résultats portent uniquement sur les premiers mois de l’année 2019 et ne fournissent qu’un extrait des données de l’étude. L’intégralité des résultats seront publiés en avril 2020.

Les lectures des marques de Presse sont multiples. Les formats et les canaux (sites, applications, réseaux sociaux…) ont beaucoup évolué au cours des dernières années pour mieux répondre aux nouvelles habitudes de consommation Media.

ONE NEXT est la première étude apte à refléter la transformation de la Presse.

  • Les premiers chiffres clés de ONE NEXT 2019

97 % des Français âgés de 15 ans ou plus, soit 51 133 000 personnes, lisent au moins une marque de Presse chaque mois dans une version Print ou Digital (sites et applications).

88,5 % des Français lisent au moins une marque de Presse en Print et 81,4 % font de même dans une version numérique.

La Presse Quotidienne Régionale reste le media presse quotidienne le plus puissant pour toucher les Français avec 42 382 000 lecteurs 30 jours.

La Presse Quotidienne Nationale, très forte également permet de toucher 39 627 000 lecteurs chaque mois.

La Presse Quotidienne Gratuite d’Information, est lue par 24 788 000 lecteurs.

La Presse Quotidienne poursuit sa digitalisation. Si aujourd’hui La Presse Quotidienne Régionale compte 32 187 000 lecteurs Print pour 30 660 000 lecteurs en version Digital, Le Figaro compte deux fois plus de lecteurs Digital que Print (20 863 000 pour le Digital et 8 295 000 pour le Print).

Une tendance qui devrait se confirmer au printemps.

Pour en savoir plus sur ONE NEXT 2019

Isabelle Dousset
Responsable Etudes et Content Marketing

Cet article pourrait aussi vous intéresser

Les français jugent les medias

Dans un contexte de défiance envers l’information, quels rapports les Français entretiennent-ils avec les médias ? Pour la 3ème année 366 et KANTAR explorent la relation entre les Français et les médias avec l’enquête Media Rating Edition 2019.

Comme 95 % des français, vous avez entendu parler du Black Friday (1).
Depuis plus de 40 ans aux Etats-Unis, au lendemain du jeudi de Thanksgiving, les commerces font d’importantes offres promotionnelles. C’est traditionnellement considéré comme le jour de lancement des courses de Noël.

Le Black Friday est arrivé en France il y a quelques années avec les grands acteurs du e-commerce américain. Désormais, les enseignes, on ou off line, sont de plus en plus nombreuses à casser les prix le dernier vendredi de novembre.

Très justement, on peut être amené à se demander s’il est pertinent de prendre la parole pour communiquer sur ses offres Black Friday, alors que les messages promotionnels se multiplient.

Pour lever vos doutes, voici 4 bonnes raisons de communiquer à l’occasion de Black Friday.

  • On a beau savoir que ça existe, on ne sait pas bien ce que c’est…

Tout le monde ne sait pas que le Black Friday, c’est le dernier vendredi de novembre, soit le 29 novembre pour 2019.

 

Une communication pratique, accès sur le quoi ? où ? quand ? et à combien ? répond bien aux attentes des consommateurs à cette occasion.

  • 49 % des français comptent bien en profiter cette année

La pratique s’est généralisée et correspond désormais à une attente des consommateurs.
Le terme “Black Friday” étant de plus en plus recherché sur Google.

  • Les autres le feront…

Les grands acteurs du e-commerce sont de fidèles adeptes de cette coutume, on peut en déduire que c’est rentable…
A chacun de trouver les moyens d’émerger dans une période de forte pression en terme de communication.

  • C’est le moment de faire une bonne affaire

Les medias s’y sont mis aussi, et les régies publicitaires proposent des offres pour communiquer autour du Black Friday. Radio, presse, affichage, à vous de trouver la meilleure offre pour diffuser votre message auprès de votre cible.

 

Un conseil media-planning : sur une période très courte comme celle du Black Friday, il vaudra mieux privilégier la couverture (le volume d’audience cible) que la répétition (le message est en principe assez facile à comprendre).

Vos futurs clients attendent vos offres, il ne vous reste plus qu’à les satisfaire … et leur faire savoir.

(1) Etude OPINIONWAY pour ILOVERETAIL. Echantillon de 1047 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus du 16 au 17 octobre 2019. Questionnaire auto-administré en ligne.

Isabelle Dousset
Responsable Etudes et Content Marketing

Cet article pourrait aussi vous intéresser

Account Manager dans un Trading Desk

Sandra, Account Manager au sein du Trading Desk de Sud Ouest Publicité, nous explique le rôle du Trading Desk dans la mise en place d’une campagne de communication.

Dans un contexte où les secteurs de consommation sont en pleine mutation, le retail n’est pas épargné.

 

366 fait un focus sur les nouvelles habitudes de consommation et la relation entre les consommateurs et la grande distribution.

Les consommateurs sont de plus en plus sensibles à la cause environnementale et à leur santé. Ils veulent plus de transparence.

Comment cela se traduit-il dans les points de ventes ?

La proximité et le prix : premiers critères de choix des consommateurs

« 56 % des interviewés déclarent fréquenter une enseigne de proximité »

 

Bien que les consommateurs aient une volonté d’être plus responsables dans leur façon de consommer, la proximité et le prix restent les deux premiers critères de choix de leurs lieux d’achats pour les courses alimentaires.

Pour 34%, la localisation du magasin (au plus proche) est le critère de choix le plus important, suivit de 22% par le prix des produits (prix les plus bas). L’envie de mieux manger ne fait pas renoncer à la recherche du meilleur prix.

68% des interviewés déclarent se tenir informés des rendez-vous promotionnels proposés par les enseignes.

Entre consommation responsable et recherche de promotions

Les consommateurs fréquentent une GSA plutôt qu’une autre pour différentes raisons.

61% déclarent que le choix de leurs points de ventes dépend du choix des produits, 56% des promotions proposées par l’enseigne, 35% de l’offre de produits régionaux, 31% de l’engagement de l’enseigne.

On peut voir que la GSA a tout intérêt à communiquer sur plus de dimensions humaines et respectueuses de l’environnement pour continuer à être le premier lieu d’achat des consommateurs.

Les consommateurs français ne veulent plus choisir entre prix et qualité

Les marques labellisées et les marques de distributeurs sont consommées prioritairement avec respectivement 30% et 25%.

Les marques locales sont  citées, comme consommées prioritairement par 18% des répondants.

« 54% des interviewés considèrent l’origine locale comme principal critère de choix d’un produit alimentaire »

 

  • Le local comme marqueur d’authenticité : 25% des interviewés déclarent privilégier les marques labellisés plus souvent qu’avant
  • Le local comme vecteur de sens : 53% des interviewés déclarent privilégier plus qu’avant les produits de saison dans leurs achats
  • Le local comme facteur de premiumisation de l’offre : les interviewés veulent consommer des produits bons pour leur santé, bon pour l’environnement, bon pour les autres.

Rapport d’étude complet disponible au téléchargement

Enquête réalisée par la régie 366 du 06 juin au 10 juin 2019 auprès d’un échantillon de 3497 personnes de plus de 18 ans, issu du panel propriétaire de 366.

Dans un contexte de défiance envers l’information, quels rapports les Français entretiennent-ils avec les médias ? Pour la 3ème année 366 et KANTAR explorent la relation entre les Français et les médias avec l’enquête Media Rating Edition 2019.

Bien que les sources soient de plus en plus nombreuses, les médias traditionnels restent prioritaires. La télévision nationale est la première source d’information pour 32 % de la population, la presse régionale pour 27 % et les radios nationales pour 20 %.

La presse régionale étant considérée comme le média offrant l’information la plus complète, avec un traitement de l’information au niveau local, national et international.

La proximité un atout majeur pour générer de la confiance

Dans un monde où la défiance envers l’information et ceux qui la portent est croissante, la presse régionale fait la différence. Considérée comme étant le média qui offre l’information la plus crédible et la plus utile, la presse régionale est aussi le média dans lequel les Français ont le plus confiance (47 % et + 3 points versus l’année dernière).

La bataille de l’attention gagnée par la télévision et la presse régionale

L’attention est devenu un enjeu majeur. Comment faire émerger ses contenus dans un environnement saturé d’informations ? La télévision et la presse régionale sont les médias qui savent le mieux capter l’attention (la télévision pour 41 % des Français et la presse régionale pour 39 % des français).

Rapport d’étude complet disponible au téléchargement.

Enquête réalisée par KANTAR TNS pour 366 du 25 au 30 janvier 2019 auprès d’un échantillon de 2 732 personnes issu du panel 366 composé de 50 000 internautes âgés de 18 ans et + représentatifs de la population française.

Isabelle Dousset
Responsable Etudes et Content Marketing

Pour les Néo-Aquitains, se ressourcer, se retrouver avec ses proches est de loin l’objectif principal recherché dans le tourisme local. Le besoin de contact avec la nature, la présence de sites touristiques attractifs, comme la volonté de maîtriser son temps et son budget, font également partie des leviers au tourisme de proximité. Autant de nouvelles pistes à explorer pour les professionnels du tourisme afin de bâtir une communication efficace.

52 % des Néo-Aquitains sont partis en weekend, courts séjours ou vacances dans au moins un des départements de leur région au cours de l’année écoulée.

Les départements côtiers Gironde (16%), Charente-Maritime (15 %,) Pyrénées-Atlantiques (13 %) et Landes (9 %) sont les plus fréquentés.

Les perspectives pour le tourisme local sont à la hauteur des usages actuels avec 49 % des habitants qui ont l’intention de partir à la découverte ou la redécouverte de leur région au cours des 12 prochains mois.

Le tourisme local, en toutes saisons et plutôt pour de courts séjours

Le tourisme de proximité s’oriente principalement sur des courts séjours (week-ends et week-ends prolongés). 56 % des touristes locaux ont effectué au moins un séjour de 3 à 6 jours et 47 % l’envisagent pour un prochain séjour. Ils sont aussi 48 % à être partis en week-end dans leur région.

Le tourisme de proximité représente un potentiel important pour l’économie locale en toutes saisons. Si l’été est la période la plus propice (60 % des touristes locaux ont effectué un séjour durant cette saison), le flux reste élevé toute l’année : 39 % des touristes locaux ont effectué un séjour en Nouvelle-Aquitaine au printemps, 37 % à l’automne et 32 % en hiver.

Le tourisme de proximité, pour se ressourcer et se reconnecter avec la nature et les territoires.

Les arguments d’ordre pratique, budget, distance et facilité d’organisation font partie des principales motivations au tourisme local.

Les attentes s’orientent vers la volonté de se ressourcer, de se déconnecter pour recharger ses batteries et partager des moments privilégiés avec ses proches.

La quête de plus de naturel, de simplicité, en un mot d’authenticité est une tendance que l’on retrouve dans de nombreux secteurs de consommation et à laquelle le tourisme n’échappe pas.

Enquête réalisée par KANTAR TNS du 1er au 4 février 2019 auprès d’un échantillon de 622 personnes représentatif de la population âgée de 18 ans et plus habitants les départements suivants : Gironde, Pyrénées-Atlantiques, Charente-Maritime, Vienne, Dordogne, Landes, Haute-Vienne, Deux-Sèvres, Charente, Lot-et-Garonne, Corrèze, Creuse.

Attractivité du tourisme de proximité en Nouvelle-Aquitaine
Tourisme en Nouvelle Aquitaine
Télécharger le rapport complet

Pour télécharger gratuitement le rapport d’étude, complétez le formulaire ci-dessous et laissez vous guider.

Isabelle Dousset
Responsable Etudes et Relations Externes
Demande de devis