La Marque Employeur est un levier de communication des entreprises qui prend de plus en plus d’ampleur. 

L’incertitude liée à la pandémie a donné la priorité à des notions telles que le bien-être professionnel, la sécurité émotionnelle, l’isolement ou la dépression. Autant de préoccupations que les entreprises doivent apprendre à gérer pour stimuler et enrichir leurs collaborateurs et leur donner les clés de la confiance mutuelle.

 

Au-delà de la tendance du mieux consommer, on veut savoir ce qu’on achète mais aussi pour qui on travaille. De la production, au management, transparence et confiance seront les maîtres mots de cette année.

Qu'est ce que la Marque Employeur ?

La marque employeur fait référence à une stratégie qu’une entreprise met en œuvre pour se rendre plus attractive et augmenter sa valeur auprès de ses différentes cibles, internes et externes. Salariés, clients, fournisseurs, partenaires, candidats, médias… elle s’adresse à toutes les parties prenantes de l’entreprise.

 

Il s’agit d’une stratégie liée aux RH d’une entreprise qui participe à la bonne réputation de la marque et de l’entreprise.

 

Une communication autour de la Marque Employeur permet de 

 

  • diffuser une image positive et renforcer sa réputation, 
  • renforcer l’attractivité de l’entreprise
  • fidéliser les collaborateurs en développant l’engagement et la fierté d’appartenance.

Pourquoi adopter une démarche Marque Employeur

Parce que les chiffres sont plus parlants que des mots, voici quelques statistiques sur le sujet qui montrent tout son intérêt à la fois des demandeurs d’emploi mais aussi des recruteurs :

 

84% des demandeurs d’emploi affirment que la réputation d’une entreprise en tant qu’employeur joue un rôle important dans leur choix. Les candidats veulent savoir quel genre d’entreprise vous êtes et savoir si vos valeurs sont cohérentes avec les siennes, communiquez en toute transparence !

 

80% des recruteurs déclarent que la marque employeur permet d’embaucher des collaborateurs de qualité. En honorant votre promesse de marque employeur et partageant des valeurs d’entreprise, vous augmentez la qualité de vos recrutements.

 

90% des collaborateurs changeraient d’emploi si on leur offrait un poste dans une entreprise avec une excellente réputation. Si vous ne travaillez pas votre marque employeur, d’autres entreprises qui le font, sauront attirer vos meilleurs collaborateurs. Au-delà de la mission, les collaborateurs sont a la recherche d’une entreprise en laquelle ils croient et qui correspond à leurs valeurs.

 

A ce sujet, un article intéressant d’Influencia sur l’emploi subi et le métier choisi à lire ici

 

86% des professionnels RH affirment que le recrutement ressemble de plus en plus au Marketing. Il ne s’agit plus simplement de recruter mais de mieux vendre son entreprise, travailler son image de marque pour attirer des nouveaux collaborateurs et répondre à ses besoins d’entreprise.

 

Sources TalentNow, Linkedin Business recruiting trends, CRO Magazine, iCIMS

Comment aborder ce type de communication

La Marque Employeur est une belle occasion de prendre la parole auprès de vos interlocuteurs BtoB. L’ entreprise va pouvoir utiliser différents leviers de communication :

 

  • valoriser son savoir faire, ses valeurs, ses ambitions
  • valoriser son personnel, se clients, ses partenaires
  • valoriser ses métiers et sa marque comme recruteur

 

Attention toutefois : il ne suffit pas d’affirmer ses valeurs, sa mission ou sa raison d’être, il faut apporter des preuves pour passer un message crédible et fondé.

 

Les collaborateurs quant à eux,  sont les ambassadeurs d’une entreprise. Une marque employeur doit être relayée par les collaborateurs pour apporter davantage de crédibilité et éviter la parole unique.

 

Une stratégie de Marque Employeur peut être intégrée dans une démarche plus globale de RSE (Responsabilité Sociétale de l’Entreprise). Les engagements sociaux de l’entreprise servent autant sa marque employeur que sa responsabilité sociétale.

Développer sa marque employeur peut nécessiter une réflexion globale sur l’identité de marque à travers la construction d’une plateforme de marque : l’ADN de l’entreprise.

Eliette, l’agence de communication du groupe Sud Ouest vous accompagne dans l’élaboration de votre plateforme de marque. En savoir plus

Vous souhaitez mettre en place une communication sur votre marque employeur et vous ne pensez pas avoir les outils nécessaires ?

Valentine Marc
Chargée de communication et marketing
Photo de Valentine MARC

Cet article pourrait aussi vous intéresser

La RSE regroupe les pratiques mises en place par une entreprise dans le but de respecter les principes du développement durable.

Mais comment faire évoluer sa communication dans une démarche plus responsable ?

Podcast, nm : un contenu audio numérique que l’on peut écouter n’importe où, n’importe quand, grâce à la technologie du flux RSS.

Depuis ce début d’année nous avons envie de vous partager nos sélections de podcasts à découvrir absolument. Cette fois, nos 4 podcasts chouchous pour égayer notre printemps.

Une sélection très orientée médias, mais on ne se refait pas !

logo-mediarama

Mediarama, le podcast sur l'univers des médias

Un podcast lancé par l’agence digitale Cosavostra et animé par François Defossez qui plonge au coeur de la galaxie média et part à la rencontre des principaux acteurs, pour décortiquer avec eux les innovations, les dernières tendances et les modèles de demain. 

Data et publicité ciblée, innover dans la presse locale, la télé SVOD… de nombreuses tendances sont abordées avec comme témoins des acteurs de médias emblématiques Français.

A écouter sur : le site dédié ou  sur votre plateforme de streaming préférée

FvEw368nqrHbTLS6RsYgTGeBN8NRZZ7ICbjQKj5X_400x400

Les médias se mettent à table

Le podcast qui décode des enjeux de la transformation numérique.

Chaque mois, un(e) invité(e) se met à table pour décoder les enjeux de la transformation numérique de son média: innovation éditoriale, business model, organisation, relation avec les GAFA, etc. 

Un podcast qui donne la parole aux acteurs des médias français pour comprendre et suivre leur évolution vers la transformation numérique.

A écouter sur :  la page dédiée ou sur votre plateforme de streaming préférée

hebdo eco

L'hebdo ECO : le podcast dédié à l'économie locale

Chaque vendredi, le journaliste de Sud Ouest spécialiste de l’économie, Nicolas César, décrypte un sujet de l’économie locale accompagné d’acteurs et experts : les coulisses du marché de seconde main, l’égalité hommes-femmes au travail, faire face aux cyberattaques…

A écouter sur :  la page Podcasts Sud Ouest et toutes les plateformes de streaming musical

femmes puissantes

Femmes puissantes : pour éveiller notre esprit féministe

Un podcast France Inter animé par Léa Salamé qui donne la parole aux femmes d’aujourd’hui qui rayonnent.

De Christiane Taubira en passant par Virginie Despentes ou encore Christine Lagarde, des entretiens d’une heure pour découvrir ces femmes inspirantes qui se sont fait un nom dans leur milieu.

A écouter sur : la page dédiée et toutes les plateformes de streaming musical

A vos écoutes !

Valentine Marc
Chargée de communication et marketing
Photo de Valentine MARC

Cet article pourrait aussi vous intéresser

casque podcast

Notre sélection des 4 podcasts incontournables pour bien commencer l’année.

Cette année de distanciation sociale a accéléré l’engouement des Français et des médias pour l’audio.

On vous en parlait dans notre article sur les tendances médias de 2021, le Podcast est le premier moyen de l’économie conversationnelle vers laquelle on se dirige.

 

N’oublions pas que derrière ce support de communication qu’est le podcast se cache la grande famille du marketing sonore. 

Qu’est ce que c’est, qu’est ce que ça comprend et surtout comment l’utiliser à l’échelle de nos entreprises et nos marques ?

 

Voici des éléments pratiques pour comprendre tout le langage lié à cette tendance et pourquoi elle fera bientôt partie intégrante de nos plans de communication.

D'abord, un point sur le vocabulaire essentiel au marketing sonore

Comme on le disait précédemment, le marketing sonore regroupe un ensemble de moyens et supports dont il est important de comprendre les nuances.

ecouteurs carré

L’AUDIO DIGITAL

L’audio digital permet l’écoute en direct ou en différé de programmes audio tels que la radio traditionnelle ou le podcast. Cette écoute se fait par l’intermédiaire d’un canal de diffusion digital : site internet, webradio, plateforme de streaming,…

 

L’audio fait partie du quotidien des Français : chaque jour près de 8 internautes sur 10 écoutent un contenu audio.

Source : MEDIAMETRIE – Global Audio – Avril 2020

micro carré

Le PODCAST

Qui dit marketing sonore dit immédiatement PODCAST. 

Cet anglicisme désigne un programme audio disponible en ligne pour une écoute à la demande, par téléchargement ou en streaming. Il faut distinguer les “replay” qui sont les programmes préalablement diffusés et les “natifs” ou “originaux” qui sont ceux conçus pour être diffusés en ligne.

 

Les podcasts plaisent de plus en plus aux Français : aujourd’hui, 14% des Français écoutent des Podcasts natifs de manière hebdomadaire.

Source : étude CSA Les Français et podcast natif

cri carré

L’IDENTITE SONORE

L’identité sonore est la personnalité de votre marque représentée par l’audio. Il s’agit d’un son ou un ensemble de son associés à une marque et évocateurs des qualités ou caractéristiques de la marque.

 

L’identité sonore est une composante de l’identité de marque et un levier émotionnel fort.

L'impact du vocal et de l'audio sur nos usages

Cette tendance n’est pas nouvelle, depuis quelques années on voit de plus en plus émerger les commandes vocales ( notamment chez la GEN Z ), mais aussi les enceintes connectées dans de nombreux foyers par exemple. 

 

L’audio et le vocal révolutionnent petit à petit nos usages quotidiens.

Pour comprendre pourquoi, rappelons que l’audio favorise l’attention, l’interactivité et la mémorisation.

C’est un média aussi riche qu’intime et le podcast en particulier par l’effet “bulle sonore” qu’il créé, offre une réelle expérience immersive. Pas étonnant que les marques et les consommateurs l’aient adopté.

 

L’audio et le vocal font partie intégrante de nos usages et nos consommations car c’est  un moyen simple, rapide, qui amène une dimension d’affect non négligeable. Il a donc naturellement trouvé sa place dans nos médias et les stratégies de marques.

 

En ces temps où le « sans contact » règne, on est à la recherche d’expérience.

Pourquoi utiliser l'audio dans votre stratégie de branding

A l’heure où le digital et ses limites sont discutées, la tendance du marketing sonore arrive à point nommé pour amorcer une nouvelle relation avec ses cibles de communication.

L’audio offre des possibilités créatives nouvelles qui vont émouvoir et engager différemment les publics.

 

L’identité sonore par exemple est un formidable outil à mettre au service de votre stratégie de branding. Elle correspond à votre image de marque retranscrite sous forme d’éléments audio. Une fois créé, ce contenu pourra être diffusé sur divers canaux et être “recyclé” à l’infini pour nourrir votre stratégie de Brand Content. 

 

Une première étape vers votre stratégie de marketing sonore.

Pour aller plus loin sur l’audio et le marketing sonore, nous vous conseillons le blog de Getasound, notre partenaire de création sonore pour la communication.

 

Et pour creuser le sujet du podcast comme outil marketing, on vous recommande d’écouter ce podcast du marketing sur le sujet

Passez au média de l’intime et créez un nouveau mode de connexion avec votre cible. Sud Ouest Publicité vous accompagne dans votre stratégie de marketing sonore.

Valentine Marc
Chargée de communication et marketing
Photo de Valentine MARC

Cet article pourrait aussi vous intéresser

On entend de plus en plus parler de cette stratégie média mais pourquoi un annonceur devrait se mettre au ciblage contextuel ?

La dernière vague de l’étude d’audience de la presse en France, One Next, est parue le 14 avril. One Next mesure l’audience de la presse dans toutes ses versions, papier et numériques.

  • Des audiences numériques en forte croissance

96,2 % des Français lisent chaque mois au moins une marque de Presse soit 50,8 millions d’individus.

Les lectures de la Presse en numérique représentent plus de deux tiers des lectures des marques de Presse (72%). Le mobile est aujourd’hui le support le plus utilisé (49%), suivi par la version papier (28%), devant l’ordinateur (14%) et la tablette (9%).

 

La presse quotidienne régionale est lue par 43,5 millions de lecteurs. 29,8 millions de Français la lisent en version papier et 34,4 millions en versions numériques (sites et applications). Une audience numérique en hausse de 7 % par rapport à l’année précédente.

 

Le Figaro est la première marque de presse en France avec plus de 28 millions de lecteurs en versions papier et numérique. Une audience fortement digitalisée avec 26 millions de lecteurs sur le site et l’application et 7 millions de lecteurs papier.

  • SUD OUEST, l’audience de la marque de presse en Nouvelle-Aquitaine progresse de 47% par rapport à l’année précédente

SUD OUEST totalise 11,8 millions de lecteurs en France, dont 10,3 millions en versions numériques. Une audience numérique qui dépasse les frontières de la Nouvelle-Aquitaine et qui a progressé de 65 % en un an, montrant l’intérêt que les Français ont porté à l’actualité de proximité au cours des derniers mois.

Méthodologie :

Les données d’audience résultent de la fusion des deux études de référence : OneNext pour le Print et Internet Global de Médiamétrie pour le Numérique. OneNext 2021 V2, pour les données Print, a été réalisée à partir du terrain de mi-Janvier au 30 Décembre 2020.Les données numériques correspondent, elles, aux résultats Internet Global du mois de Janvier 2021.

Isabelle Dousset
Responsable Etudes et Content Marketing

Cet article pourrait vous intéresser

la presse

Parfois considérée – à tort – comme dépassée, la presse écrite regorge de ressources et surmonte de la plus belle des manières l’avènement de l’ère du digital.

Un an après.

La situation touristique a peu évolué et nous commençons à nous impatienter. Les Français ont des envies de voyage et d’évasion. 

 

Un chiffre très parlant sur le contexte actuel : en janvier 2021, les réservations dans les agences de voyages, toutes destinations confondues, ont reculé de 86% par rapport à janvier 2020. Selon un baromètre réalisé par Orchestra pour l’Echo touristique

 

Décryptage des intentions de voyage des Français à l’aube de 2021.

Un manque se fait ressentir

En cette période incertaine, les vacances sont le bol d’air qui manque aux Français. 

 

Ils sont 36% à dire que l’une des choses les plus dures moralement est de ne plus pouvoir se projeter dans des projets de vacances. Selon le sondage mené par Yougov pour Home Exchange dont parle l’Echos touristique dans son article sur les 5 tendances de vacances des Français.

 

Une situation lourde moralement qui fait ressortir davantage ce besoin d’escapade et de liberté.

1/3 des Français prévoient de voyager d'ici la fin de l'été

A la question “Envisagez-vous de voyager prochainement ?” 37% des Français répondent OUI. Que ce soit au premier semestre ou au cours de l’été. Soit un français sur 3 qui prévoit de voyager à nouveau d’ici à la fin de l’été.

En parallèle, la même proportion de Français (38%) préfère attendre la fin de la pandémie selon l’étude “Les Français et leurs prochains voyages” par Opinion Way*.

 

Un an après le début de la crise sanitaire en France et après des mois d’incertitudes, de projets remis à plus tard, les Français sont frileux à l’idée de se projeter sur des nouveaux voyages. La probabilité de devoir annuler, encore, leurs projets si la situation n’avance pas, les incite à rester prudents et patients.

 

Un autre facteur entre en jeu dans l’avenir du tourisme, c’est le vaccin : 41% des familles françaises affirment que l’annonce d’un vaccin a eu un impact positif sur leur décision de programmer des vacances en 2021 selon l’étude menée par Abritel**.

Les destinations proches sont privilégiées

En ce qui concerne la destination et les moyens de transport envisagés, la moitié des Français privilégient la sécurité et un voyage de proximité, en France. 

17% déclarent envisager de partir en France dans leur région et 42% dans une autre région.

 

Seuls 17% des Français déclarent envisager de partir en dehors de l’Europe. L’option de sortie du territoire avec toutes les contraintes sanitaires reste un frein présent.

On l’a constaté l’été dernier suite au premier confinement, les Français n’ont jamais autant voyagé à proximité pour assurer le départ. On en parlait dans cet article sur les intentions des Français pour l’été 2020.

 

En ce qui concerne le moyen de transport, presque 60% des Français pensent privilégier la voiture pour un voyage.

Un choix qui n’est pas surprenant étant donné l’interdiction actuelle de voyager vers les pays hors de l’espace européen et les Dom-Tom et les restrictions sur les destinations internationales devant faire l’objet de motifs impérieux.

Même si les contraintes actuelles et l’incertitude restent présentes, les Français ont un profond désir de partir en vacances. Quelle que sera la situation dans les semaines, les mois à venir, il sont bien déterminés à voyager cette année quitte à s’adapter ou prévoir en dernière minute.

Les destinations françaises sauront répondre à ce besoin de voyage.

*Etude “Les Français et leurs prochains voyages” de Janvier 2021 par Opinion Way pour liligo.com

 

**Enquête réalisée par Atomik Research auprès de 1503 parents (18+) en France du 15 au 19 janvier 2021 qui ont des enfants jusqu’à 15 ans et qui ont voyagé en famille au cours des cinq dernières années.

Cet article pourrait aussi vous intéresser

information au quotidien

La dernière mise à jour du baromètre 366 confirme un comportement majeur : bien que le niveau d’inquiétude des Français face à la situation sanitaire reste très élevé, l’information continue d’être sur-consommée par près d’1 Français sur 2.

Une stratégie Content Centric ou stratégie contextuelle est un modèle de stratégie media online basée sur les contenus.

Le contextuel va permettre de se focaliser sur le contenu et l’environnement dans lequel la publicité est affichée.

 

Le ciblage va se faire soit via des rubriques de sites médias (sport, bourse, lifestyle…), via un ciblage par mot clef ou via des algorithmes sémantiques qui associent une page à un contexte.

 

La stratégie contextuelle associe vos messages au centre d’intérêt immédiat des internautes. Et ainsi permet de mener des opérations de communication à un moment stratégique.

 

On entend de plus en plus parler de cette stratégie média mais pourquoi un annonceur devrait se mettre au ciblage contextuel ?

On a trouvé 4 bonnes raisons de passer le cap !

1 - Privilégier le contexte plutôt que la data

Rappel du contexte digital actuel :  Le cookie qui a révolutionné la publicité digitale, traverse une période difficile. Nouvelles réglementations, suppression des navigateurs,… on parle d’un futur “cookieless”…

 

A ce sujet, on vous explique la nouvelle réglementation des bandeaux cookie juste ici

 

Les annonceurs doivent revoir leur stratégie de ciblage car il va être de plus en plus difficile de diffuser des publicités et personnaliser les messages. Il faut donc trouver une solution de ciblage qui ne serait pas basée sur la navigation et le comportement des internautes.   

 

Le ciblage contextuel permet de se concentrer sur l’intérêt immédiat de l’internaute et l’environnement dans lequel apparaît la publicité. On ne parle plus de l’historique de l’internaute. Les données sociodémographiques obtenues grâce aux cookies tiers n’entrent plus en jeu.

 

Une bonne alternative de ciblage pour s’affranchir des cookies tiers.

2 - Communiquer de manière rationnelle et valorisante

 Avec un ciblage contextuel, vos messages publicitaires sont diffusés dans des contextes favorables et cohérents.

 

Votre marque apparaît au moment où l’internaute est concentré sur une thématique affinitaire, ce qui permet de capitaliser sur son attention et décupler son intérêt. 

Vous adressez des audiences en affinité avec le contenu ou le thème choisi et donc la publicité est tout à fait pertinente.

 

Un environnement garanti valorisant pour l’image de votre marque pour une meilleure expérience utilisateur.

3 - Adopter des pratiques publicitaires responsables

Cette technique de ciblage  se fait sans collecte de  données personnelles, et ne nécessite pas de consentement de la part des utilisateurs.

 

Une approche plus respectueuse de la vie privée des utilisateurs mais aussi une meilleure couverture des annonceurs qui sont capables d’adresser près de 100% des internautes. 

 

Une façon plus responsable de communiquer dans le respect de la vie privée des internautes

4 - Penser image de marque

Grâce au ciblage contextuel, vous maîtrisez totalement les contenus où sont affichées vos publicités.

 

Ces contenus et sites sont identifiés et utilisés pour leur intérêt éditorial et la pertinence du sujet. Vous apparaissez donc dans un environnement éditorial qualitatif, sécurisant et brand-safe.

 

Des labels tels que Digital Ad Trust notamment, permettent d’assurer la qualité des espaces publicitaires proposés aux annonceurs par les régies. Il prend en compte la Brand Safety, l’absence de Fraude et le respect des données personnelles.

Si vous ne connaissez pas encore ce label, on vous en parlait juste ici

 

Votre image de marque est ainsi protégée et valorisée dans le contexte.

Les solutions au futur sans cookies sont multiples. Le ciblage contextuel paraît être une bonne alternative pour allier respect de  l’internaute, pertinence du message et valorisation de l’image de marque.

Adressez les bons messages, au bon moment et au bon endroit !

Si vous êtes intéressé par une campagne programmatique contextuelle, découvrez nos bouquets thématiques. Des listes de sites thématiques pour garantir un environnement pertinent et sécurisé.

Valentine Marc
Chargée de communication et marketing
Photo de Valentine MARC

Cet article pourrait aussi vous intéresser

Depuis le premier octobre, les sites internet n’ont plus que jusqu’au 31 mars 2021 pour adopter 2 règles simples sur le consentement à la publicité ciblée et l’utilisation des cookies, sous peine de sanction. On vous explique la nouvelle reglementation.

La dernière mise à jour du baromètre 366 confirme un comportement majeur : bien que le niveau d’inquiétude des Français face à la situation sanitaire reste très élevé, l’information continue d’être sur-consommée par près d’1 Français sur 2.

 

Temps de lecture estimé à 2 minutes

 

En 2020, la régie 366 a lancé son étude sur les « Français en confinement », devenue les « Français face à la crise ». Un baromètre pour étudier l’état d’esprit des Français et leur vie quotidienne.

Une étude réalisée au travers du Panel propriétaire de 366, opérée par Kantar, sur plus de 1 000 internaute par vague, représentatifs des Français de 18 ans et plus.

 

Résumé de la mise à jour du 10 février en 3 chiffres représentatifs du lien entre les Français et les médias.

La recherche d'information au quotidien reste élevée...

91% de français déclarent continuer de s’informer chaque jour sur l’actualité dont 23% d’entre eux plus de 5 fois par jour.

Un résultat qui reste globalement stable et particulièrement élevé depuis le début de la crise, ce qui atteste de l’intérêt croissant porté par les Français à l’actualité.

...avec une nette préférence pour les médias traditionnels

49% des Français déclarent suivre davantage l’actualité qu’à leur habitude, dont 74% s’informant plus qu’avant avec la Télévision et 57% avec la Presse.

 

Presse et Télévision sont les médias référents sur l’utilité de l’information délivrée en période de crise sanitaire.

La presse est plébiscitée pour sa proximité

S’ils sont 75% à déclarer se méfier des informations délivrées par les médias, 61% des 18-34 ans considèrent que la presse régionale est le média le plus proche de leurs préoccupations.

 

C’est bien le rapport des Français avec l’ensemble des médias qui semble en mutation sous l’effet de la crise actuelle. On note une appétence particulière pour la rapidité de consultation mais aussi au caractère positif de l’information portée par les médias.

Cette année inédite a permis aux Français de (re)découvrir les médias et l’importance de l’information à l’heure où l’avenir est incertain.

Cet article pourrait aussi vous intéresser

anna-pritchard-B931VFZ-zbw-unsplash

La crise sanitaire modifie les habitudes des consommateurs et également le paysage publicitaire au long-terme. Quel rôle les marques peuvent jouer, quels enjeux communicationnels, marketing et commerciaux à venir.

L’année 2020 a eu un impact significatif sur de nombreux comportements de consommation des Français. Nos usages ont été bouleversés et on a du adapter notre façon de travailler, de s’informer, d’acheter, de vendre et de vivre.

 

Les médias qui sont en évolution permanente n’ont pas dérogé à la règle. Ils ont fait preuve d’agilité pour s’adapter aux nouveaux besoins des Français. 

On a observé que certaines tendances médias qui avaient déjà émergé ces dernières années, se sont considérablement accélérées en 2020, et sont en bonne voie pour devenir la norme de nos stratégies 2021.

 

Présentation de ces 4 tendances médias incontournables en 2021.

Le Live remplace le réel

L’année dernière, on vous disait que le Live était un format de contenu sous exploité (cf notre Book des Tendances 2020).

Le direct est un format par nature authentique, vrai, utilisé pour un discours transparent. Facebook a été le premier à lancer ce service en 2016 et il est maintenant proposé sur tous les réseaux sociaux, et pas que.

 

La crise sanitaire a changé la donne et a complètement accéléré leur utilisation.

Il a été un formidable outil pour créer du lien, retrouver cette proximité qui nous manquait et avoir des échanges spontanés avec ses collaborateurs, nos clients BtoB ou BtoC ou tout autre public.

 

Pour une conférence, une formation, un webinaire, une réunion d’entreprise… on a tous consulté ou assisté à un live courant de l’année 2020.

Cet outil permet entre autre à l’événementiel de continuer d’exister au delà de toutes les restrictions sanitaire en cours.

 

La vie réelle vue derrière son écran.

Le boom des Newsletters

On les pratique depuis de nombreuses années maintenant, et nos boîtes emails en sont remplies chaque jour. Si l’e-mailing n’est pas une technique marketing récente, il compte toujours parmi les leviers marketing les plus efficaces.

 

En 2020, les abonnements newsletters ont explosé. 

On estime à 3,9 milliards de personnes utilisant régulièrement les emails en 2020 et on prévoit une hausse à 4,3 milliards d’utilisateurs d’ici 2023. (Source Statista)

 

Plusieurs raisons peuvent expliquer ce boom : 

 

La Newsletter reste un formidable levier de business, et surtout, un très bon moyen de maintenir le lien avec les prospects et clients.

 

Les conséquences de ce nouvel engouement sont bien là : des sujets de plus en plus nombreux et de niche, des investissements croissants et bien entendu l’apparition de nouveaux acteurs indépendants.

 

On est clairement en pleine explosion, mais attention à ne pas oublier la pertinence !

Je podcast, tu podcasts, il podcast...

Encore une tendance qu’on avait abordé dans le Book des tendances 2020, la voix. On vous disait qu’on s’acheminait vers une économie conversationnelle.

Le podcast en est le premier moyen, un contenu qu’on peut écouter n’importe où et n’importe quand à propos de n’importe quel sujet.

 

Qu’ils soient de rattrapage (enregistrement d’émissions) ou natifs (enregistrements originaux pour une écoute à la demande), ils se sont confortablement installés dans nos habitudes de consommation média : 13% des auditeurs hebdomadaires ont commencé pendant le confinement.

 

Aujourd’hui, 14% des Français écoutent des Podcasts natifs de manière hebdomadaire.

(source étude CSA Les Français et podcast natif)

 

Un média qui répond à une attente d’authenticité, d’indépendance et de réflexion. Principalement parce qu’il s’agit d’un format créatif, qui permet de s’informer et découvrir de nouveaux sujets.

 

Pour ce qui est des acteurs média Français, ils sont nombreux à avoir lancé leurs propres podcasts ces derniers mois : Autoplus, Auto Moto, Elle, Paris Match, Le Point ou l’Equipe, Radio France et Sud Ouest il y en a pour tous les goûts et tous les sujets.

 

 

CosaVostra a fait une cartographie des principaux acteurs du Podcast en France, une carte en perpétuelle évolution.

La vidéo reste numéro un dans notre coeur...

On ne la présente plus. Cela fait de nombreuses années qu’on en parle comme le support de l’avenir, le support créatif et préféré des jeunes.

 

Ce support continue de nous surprendre et prend encore de nouvelles formes :

le boom de Tiktok l’an dernierles réels lancés par Instagram pour prendre sa part du gâteau, ou l’avènement de la vidéo à la demande.

 

En quelques chiffres : 11 millions de français utilisent TikTok chaque mois en 2020 soit 35% des 15-24 ans (chiffres TikTok)

Netflix a vu une augmentation de 15 millions d’abonnés au premier confinement. S’en est suivi le lancement de Disney + en avril puis du nouvel acteur français SALTO, né d’une collaboration entre les grands acteurs de la télé,  TF1, M6 et France TV.

 

Une support créatif et aux ressources infinies qui maintient aisément sa place sur le devant de la scène et dans nos stratégies medias.

Et vous, avez-vous intégré ces tendances médias dans vos stratégies 2021 ?

Valentine Marc
Chargée de communication et marketing
Photo de Valentine MARC

Cet article pourrait aussi vous intéresser

casque podcast

Plus d’un français sur 4 écoutent chaque mois des podcasts natifs ou du replay audio. Découvrez notre sélection d’incontournables pour bien commencer l’année

Depuis le début de l’année 2020, la crise sanitaire a fortement impacté notre consommation alimentaire et nos choix de consommation au quotidien. Les Français privilégient désormais une consommation plus responsable, locale, équitable et écologique.

 

 

C’est effectivement ce que révèle le deuxième baromètre Max Havelaar de la transition alimentaire de 2020 en mettant en avant cette prise de conscience globale et en posant la question suivante : La crise liée au Covid-19 remet-elle en cause l’avènement d’une consommation plus responsable ?

Une prise de conscience pendant la crise

Les différentes périodes de confinement ont été les éléments déclencheurs de ce mouvement de consommation responsable. Ainsi de nombreux Français avouent avoir davantage réfléchi à leur mode alimentaire pendant cette période :

 

  • 66% ont pris conscience qu’il était possible de limiter leur consommation.
  • Pour 73% d’entre eux, le contexte de crise leur donne (davantage) envie de consommer responsable.
  • 62% reconnaissent que la crise leur a fait prendre conscience de la nécessité d’avoir des comportements plus vertueux comme limiter les emballages, acheter local, équitable, etc.
transition-alimentaire-prise-de-conscience

Un dilemme entre consommation locale et produits importés

Ces changements de comportements chez les Français ont favorisé leur volonté de consommer plus de produits made in France et surtout plus de produits locaux.

 

Cependant, malgré les 78% de Français favorables à une consommation de produits 100% locaux, 58% d’entre eux ont réalisé que de nombreux produits du quotidien dont ils ne peuvent se passer sont des produits importés.

Une évolution des entreprises du secteur alimentaire attendue par les consommateurs

La volonté de changer son quotidien est parfois confrontée à des freins à l’achat. Les deux premiers sont le prix lié à cette consommation responsable et le manque de diversité des produits alimentaires dans les gammes responsables.

 

Aujourd’hui les consommateurs souhaitent que les entreprises du secteur alimentaire se mobilisent davantage, puisqu’en effet, 90% des Français aimeraient qu’elles proposent davantage de produits responsables.

transition-alimentaire-evolution-entreprises

Une communication plus transparente sur les démarches en terme de production et de distribution responsable représente une réelle opportunité pour ces entreprises et les commerces de proximité en 2021.

Cet article pourrait aussi vous intéresser

Une étude menée par l’institut Kantar et la Régie 366 mesurant l’impact du confinement sur l’efficacité publicitaire.

 

PANTONE 17-5104 Ultimate Gray + PANTONE 13-0647 Illuminating, les deux couleurs de l’année 2021.

 

Comme chaque début d’année Pantone nous révèle quelles seront les couleurs phares des prochains mois.

 

Depuis plus de 20 ans, la couleur Pantone de l’année influence la tendance dans la mode, la décoration, ou le packaging.

A la fois chaleureuse et optimiste , cette association de couleurs nous apporte résilience et espoir. Nous avons besoin de nous sentir encouragés et inspirés.

Leatrice Eiseman, Executive Director of the Pantone Color Institute

Isabelle Dousset
Responsable Etudes et Content Marketing

Cet article pourrait aussi vous intéresser

native ad sud ouest publicité

La publicité native est la nouvelle alternative novatrice aux formats publicitaires plus classiques. Une forme de publicité qui ne ressemble pas à de la publicité ! Rencontre avec la Native Ad, ce nouveau chouchou de l’annonceur…

Demande de devis