L’affichage se numérise et les écrans digitaux sont considérés comme un média à part entière.

Le DOOH, un média encore récent, est en pleine croissance et commence à trouver sa place sur le marché des médias et auprès des marques.

Un média de proximité au plus près du quotidien des français qui a su pleinement trouver sa place dans cette reprise économique.

Définition du DOOH

Le DOOH ou Digital Out Of Home, littéralement en dehors de chez soi,  fait référence à la publicité extérieure numérique. Il comprend toutes les publicités diffusées dans des lieux publics sur des écrans digitaux et dépend d’un système d’achat programmatique.

 

C’est un média de proximité qui permet de cibler les consommateurs dans leur trajets quotidiens puisque ces panneaux sont positionnés à divers endroits partout en France : dans les transports, dans les centres commerciaux, dans la rue, dans des centres médicaux, …

Bilan des dernières tendances du marché de l’affichage digital en France

L’ACPM, l’Alliance pour les Chiffres de la Presse et des Médias, a publié son bilan trimestriel des dernières tendances du marché de l’affichage digital en France.

Le DOOH est un média plébiscité par les annonceurs et renoue avec la progression.

389 campagnes DOOH ont été certifiées par l’ACPM au 1er semestre 2021, pour un total de 491 Millions de spots.

Soit 2 fois plus de diffusion contrôlée qu’en 2020 sur la même période.

Par ailleurs, le secteur d’activité qui a le plus communiqué via ce média est l’Alimentation suivi par les Boissons.

Pas surprenant pour un média de proximité, très représenté dans des centres commerciaux.

Le DOOH est un formidable outil à utiliser en complément d’un plan média global pour communiquer au plus près de l’acte d’achat.

secteur d'activité du DOOH S1 2021

Le DOOH, un média en progression

«Dans le monde de la publicité, le DOOH s’affirme comme une tendance la plus en croissance et la plus dynamique» résume Paul Pereira, CEO de Alfi

Lire la suite sur les atouts du DOOH via Offre Media

 

Le décollage du programmatique dans le DOOH est réel. Un média encore récent en France mais qui accélère sa croissance et a de beaux jours devant lui.

Un média rapide et flexible de par l’achat programmatique qui permet une optimisation en temps réel.

Et surtout, un média impactant grâce à la dynamique du digital en situation réelle, pour un consommateur plus attentif au message.

Sud Ouest Publicité vous accompagne dans votre stratégie d’affichage numérique.

Valentine Marc
Chargée de communication et marketing
Photo de Valentine MARC

Cet article pourrait aussi vous intéresser

On entend de plus en plus parler de cette stratégie média mais pourquoi un annonceur devrait se mettre au ciblage contextuel ?

C’est la rentrée et la grille de TV7 s’enrichit de nouveautés.

 

TV7 a soufflé ses 20 bougies en juin dernier. Et la chaîne de télévision locale du Groupe Sud Ouest a bien grandi mais n’a pas fini sa croissance.

Diffusée sur la TNT, sur toutes les box ainsi qu’en direct ou en replay sur le site sudouest.fr

 

“TV7 continue de s’imposer dans le paysage médiatique français avec une audience en constante progression” affirme Stella Dubourg, rédactrice en chef de la chaîne.

Un troisième rendez-vous de l'information régionale

L’information régionale tient une place précieuse au cœur de la grille de programmation de la chaîne de télévision locale.

“Nous allons conforter tous les formats existants en renforçant le pôle info avec un flash info diffusé entre 12 et 13h du lundi au vendredi”

Ce troisième rendez-vous de l’information vient compléter “la Matinale” entre 7 et 9h, présentée cette saison par Amandine Bretos. et “la Grande Edition” de 18 à 20h.

 

La politique a toute sa place dans la grille avec l’émission de débat “Extralocal” diffusée à partir vendredi 17 septembre à 22h.

Créée par l’entité Territoires TV, réunissant quatre titres de PQR (Sud Ouest, Le Télégramme, La Voix du Nord et la Nouvelle République du Centre Ouest) elle reçoit chaque semaine un représentant politique, un dirigeant d’entreprise ou une personnalité de la société civile.

La culture s’installe confortablement dans la grille de programme de TV7

Après les émissions phares qui font la force de la chaîne comme “l’Hebdo Eco” “Vino Veritas », « Première Séance »…

Un talk-show culturel baptisé “Backstage” dédié à la culture sera proposé tous les vendredi à 18h. 

“Il manquait cette case du vendredi réservée à la culture et l’agenda culture. Maintenant que les lieux culturels rouvrent c’est le moment de lancer cette émission qui sera animée par Benjamin Bardel” poursuit Stella Dubourg.

Chanteurs, acteurs, écrivains, réalisateurs, influenceurs se succéderont chaque semaine sur le plateau de « Backstage » pour confier à Benjamin Bardel les grandes et petites histoires qui font leur carrière et parler de leur actualité.

 

“Autre nouveauté un magazine sur la gastronomie verra le jour dans les prochaines semaines”

Parce que la culture de notre région se passe aussi dans nos assiettes.

Le local fait partie de l’ADN de TV7

Par ailleurs, la chaîne poursuivra sa collaboration avec les sociétés de production et les réalisateurs de la région.

“Nous allons diffuser tous les dimanches soirs, à 22h des documentaires ou des courts métrages fabriqués en Nouvelle-Aquitaine” explique Damien Cortadi, responsable de l’antenne et des productions.

Sans oublier dès 12h40 les magazines quotidiens “Cultivons la Découverte”, “Modes d’emplois”, “Cap sur l’Eurorégion”, “le Monde de demain”…

Encore une rentrée pleine de nouveautés sur TV7 !

Vous souhaitez communiquer sur TV7 ? Contactez-nous !

Cet article pourrait aussi vous intéresser

Les médias font preuve d’agilité pour s’adapter aux nouveaux besoins des Français. Certaines tendances médias émergées ces dernières années, se sont considérablement accélérées en 2020, et deviennent la norme de nos stratégies 2021.

Sud Ouest lance une nouvelle newsletter pour ne rien manquer de l’actualité sportive !

 

L’équipe du service des sports de Sud Ouest est à l’origine de cette Lettre des Sports hebdomadaire.

Frédéric Laharie, chef du service des sports chez Sud Ouest, revient sur cette newsletter lancée pour la première fois le 23 juillet dernier.

Quel est le concept de la Lettre des Sports ?

Il s’agit d’offrir aux inscrits, au moins deux fois par semaine (lundi et vendredi) le meilleur de ce qui a été publié sur sudouest.fr dans la rubrique sport général.

Elle a pour but de donner l’essentiel des infos aux lecteurs qui n’auraient pas eu le temps de nous suivre au quotidien et de mettre en valeur le travail de la rédaction sportive car la priorité sera donnée aux reportages et aux informations de nos journalistes et à tout ce qui fait la valeur ajoutée de notre service. Cela sera en quelque sorte la vitrine.

Cette Lettre peut être éditorialisée et peut aussi être déclenchée chaque jour de la semaine en fonction de l’actualité.

À qui s'adresse la Lettre des Sports ?

Elle s’adresse à tous les passionnés de sport en premier lieu, évidemment. Mais pas seulement. Le but est aussi d’intéresser d’autres lecteurs par le biais d’articles qui traitent de sports par d’autres biais (économiques, médiatiques, voire culturels) pour faire comprendre que le sport ne se limite pas au terrain.

Quel est l'objectif du Groupe Sud Ouest avec cette newsletter ?

Concernant le service des sports, cette “Lettre des Sports” est la suite logique de la “Sud Ouest Rugby Mail” qui traite chaque lundi et vendredi de l’actualité du rugby, et du “Récap Girondins” pour celle des footballeurs bordelais.

Pour le groupe “Sud Ouest”, il s’agit d’enrichir notre offre de newsletters pour attirer de nouveaux lecteurs ou fidéliser ceux qui nous suivent déjà. Et donc d’augmenter le nombre de nos abonnés.

Quelles sont les évolutions prévues de la Lettre des Sports dans les mois à venir ?

La “Lettre des Sports” pourra être “customisée” lors de grands événements tels qu’une Coupe du monde de football ou les prochains JO de Paris.

 

On pourra aussi l’éditorialiser en demandant aux journalistes de sport (siège et agence) voire d’autres services intéressés par le sport d’y livrer leurs coups de cœur du moment comme c’est déjà le cas pour la lettre des abonnés pour des sujets généraux.

Pour s’inscrire à la Lettre des Sports, cliquez ici

Cet article pourrait aussi vous intéresser

Sud Ouest lance un nouveau service pour ses lecteurs en recherche d’un bien automobile.

Le Groupe s’est accompagné de son pilier de l’innovation 1Kubator et d’une start up spécialisée dans l’automobile, Hellogova.

On en parlait dans notre article sur les tendances médias, les newsletters ont pris une place considérable dans nos boîtes mail. 

Formidable outil de lien et véritable levier de nos plans de communication, les newsletters (et les outils digitaux de manière générale) ont pris d’autant plus d’ampleur dans nos quotidiens depuis la crise sanitaire.

 

A tous se ruer sur les envois d’emails et sur-informer les français, nos clients, nos fournisseurs, n’y a-t-il pas un risque de saturation de la part de nos publics ? 

Quelle est la tendance cette année en ce qui concerne les newsletters et la gestion des boites mails ?

Post confinement et sur information, on en veut (peut) plus !

On a constaté un débordement des abonnements aux newsletters en 2020. A l’isolement dû à la situation covid, on avait un grand besoin d’information sur tout ce qui se passait à l’extérieur. Les marques quant à elles ont utilisé ce moyen pour maintenir le contact avec leurs fidèles clients.

Oui mais. 

 

La vie reprend petit à petit son cours, l’activité professionnelle et la vie sociale retrouvent une normalité et cette sur-information n’a plus lieu d’être. Encore plus, on a envie de vrai, de contact et d’échange oral.

Nos boîtes mail débordent, on fait du tri !

On a cette fâcheuse tendance à s’abonner facilement lorsqu’on découvre un média sympa, qu’on nous recommande une newsletter ou qu’on a besoin de s’informer sur son secteur d’activité.

Mais au bout d’un moment, notre boite mail déborde. Qui n’a pas déjà eu le vertige en ouvrant son onglet “promotions” et voyant ces mails non lus qui s’accumulent ?

 

7 mails sur 10 ne sont jamais ouverts en France. On peut donc se questionner sur l’utilité de tous ces mails qui s’accumulent sans jamais être lus.

Less is more !

En tant que « consovicteur », le Français affiche une volonté d’être plus réfléchi, dans sa façon de consommer, valorisant les engagements des marques…

On va donc choisir plus méticuleusement les marques qu’on décide de suivre, les newsletters qu’on a envie de recevoir… L’objectif étant d’en recevoir moins mais plus ciblées sur nos besoins, nos envies et raccord avec nos valeurs !

Notre conscience écologique nous dit que trop d’emails, ça pollue !

Alors on continue le tri.

Parce que la crise sanitaire nous rappelle cruellement l’impact de nos modes de vie sur la planète. On pense à la pollution de notre vie numérique et on essaye d’évoluer dans le bon sens, le sens de notre planète.

Et pour ça on se dit qu’on privilégie les newsletters indispensables, celles qui ont une vraie pertinence pour limiter notre empreinte carbone.

 

Découvrez une infographie vertigineuse qui montre l’impact des emails

Cette conscience écologique liée à notre vie numérique et notamment les envois/réceptions de mails ne doit pas se limiter à un simple tri régulier. Il est primordial de s’intéresser à tout l’environnement numérique pour comprendre l’écosystème et garantir une démarche cohérente.

 

De bons conseils à retrouver par ici

Par ailleurs, depuis la mise en place de la loi RGPD, on a de plus en plus le reflexe de penser aux données personnelles qu’on laisse dans les formulaires et donc aux abonnements qu’on peut prendre…

Vers une prise de conscience globale entre écologie et respect des données personnelles ?

Et vous, quelle sera votre tendance 2021 concernant vos abonnements newsletters ?

Cet article pourrait aussi vous intéresser

Les médias font preuve d’agilité pour s’adapter aux nouveaux besoins des Français. Certaines tendances médias émergées ces dernières années, se sont considérablement accélérées en 2020, et deviennent la norme de nos stratégies 2021.

Sud Ouest lance un nouveau service pour ses lecteurs en recherche d’un bien automobile.

 

Le Groupe s’est accompagné de son pilier de l’innovation 1Kubator et d’une start up spécialisée dans l’automobile, Hellogova.

Un nouveau partenariat qui permet au groupe de presse du sud-ouest de participer activement à la mutation du secteur automobile vers le digital et d’offrir un nouveau service à ses lecteurs.

On vous présente la start-up Hellogova et le concept de ce nouveau partenariat avec Sud Ouest.

Quel est le concept d'Hellogova ?

Surnommée “le tinder de l’automobile”, Hellogova est une startup accélérée avec Théophraste, l’accélérateur de startups du Groupe Sud Ouest.

Créée par des spécialistes de l’automobile, elle propose un matching entre des particuliers en recherche et des annonces automobiles.

Olivier, Louis et Vianney ont développé une Intelligence Artificielle qui facilite la rencontre entre l’acheteur et le véhicule idéal via un questionnaire.

La mission principale d’Hellogova est d’apporter un conseil à l’acheteur selon son projet et le mettre en relation avec le vendeur possédant le véhicule qui répond à son besoin.

Pourquoi faire appel à Hellogova ?

Les 3 atouts d’Hellogova sont :

 

  • La garantie d’un conseil neutre et indépendant. Les conseillers virtuels (sous forme d’intelligence artificielle) d’Hellogova proposent la voiture la plus adaptée à la demande sans biais commercial ni surcoût !

 

  • Un service totalement gratuit sans obligation d’achat ! L’acheteur est libre, au bout de son parcours, d’acheter le véhicule ou non.

 

  • Un service qui facilite la recherche du véhicule idéal ! Un service parfaitement adapté aux personnes qui ont une idée de projet, un besoin particulier ou qui sont simplement perdus face à la multiplicité des choix du marché.

En quoi consiste le partenariat entre Hellogova et Sud Ouest ?

Il s’agit d’une plateforme co-brandée Hellogova avec Sud Ouest (et les titres associés) pour un conseil neutre et indépendant, disponible via les médias Sud Ouest.

L’objectif de ce partenariat est de proposer un service innovant et gratuit aux lecteurs Sud Ouest.

 

Comment ?

Le lecteur accède à la plateforme depuis les médias Sud Ouest, il peut alors répondre à des questions sur ses besoins, son utilisation, ses valeurs éventuelles et bien sûr son budget. La plateforme lui propose alors plusieurs véhicules avec un score de matching. A l’internaute ensuite de « liker » les véhicules qui lui plaisent. Enfin, il peut demander la mise en relation avec un professionnel pour essayer ou acheter son véhicule idéal.

Quelle est la mission du Groupe Sud Ouest dans ce partenariat ?
  • Rassurer avec une garantie de qualité : Sud Ouest fait confiance à Hellogova et son expertise pour assurer un conseil qualifié et répondre à tous les besoins des lecteurs 

 

  • Garantir un service local : L’ancrage local de Sud Ouest assure le lien entre les concessionnaires, vendeurs de voitures de notre territoire et les acheteurs potentiels

 

  • Une visibilité assurée dans le quotidien : le rendez-vous des adeptes d’auto-moto dans le quotidien du vendredi sera désormais co-brandé avec Hellogova.

 

Vous avez un projet automobile ?

Cet article pourrait aussi vous intéresser

getasound marketing sonore

On lit et on entend de plus en plus parler de la nouvelle tendance du marketing sensoriel ou marketing sonore. Une nouvelle façon pour les marques de se démarquer et de transmettre leur identité pour mieux faire adhérer à leur univers.

Les prix de l’économie Néo Aquitains distinguent des chefs d’entreprise sur la région Nouvelle-Aquitaine et met en lumière les réussites, les projets, les parcours professionnels de ces hommes et femmes qui créent, innovent, développent leurs sociétés et tiennent solidement la barre de l’économie régionale.

La finale régionale s’est tenue le 4 juin à Arcachon, découvrez le palmarès 2020, marqué par la résilience !

🏆 L'entreprise DE SANGOSSE reçoit le prix régional Grand Prix Nouvelle-Aquitaine (basée en Lot-et-Garonne)

Protection des cultures, nutrition des plantes, contrôle des nuisibles.
De Sangosse souhaite répondre à ces problématiques grâce à l’innovation, en proposant des solutions naturelles moins nocives pour l’environnement et les agriculteurs.

Lors de sa création, en 1926 à Pont du Casse, rien ne prédestinait De Sangosse à devenir leader français des biosolutions.
Pourtant, c’est aujourd’hui chose faite, grâce à un revirement effectué il y a près de 20 ans sous l’impulsion de l’actionnariat salarié de l’entreprise et de l’actuel PDG du groupe, Nicolas Fillon.

 

Un pari gagnant, qui a permis au groupe de faire passer son chiffre d’affaires de 20 à 280 millions d’euros depuis 2009 et d’employer plus de 800 salariés dont 550 en France.
Celui-ci possède également 9 laboratoires de R&D spécialisés dans le monde, 18 unités de production et 24 filiales implantées dans 16 pays.

💡 L'entreprise PICARD NEXT EMBALLAGE reçoit le Prix de l'Entrepreneur (basée à Nersac en Charente)

En réorientant son outil industriel pour produire des masques chirurgicaux, le groupe spécialiste de l’emballage plastique alimentaire, Next Emballage, ne s’attendait pas à un tel succès.
Débordé par la demande, il s’adapte pour améliorer sans cesse ses process.

 

C’est un défi de taille que s’est lancé Antoine Pontailler, patron de Picard Thermoformage (groupe Next Emballage), en s’associant à plusieurs entreprises partenaires pour créer Next Safe : une nouvelle marque pour la production à grande échelle de masques à destination des professionnels en contact avec le public.
De type 1, ces masques sont fabriqués pour les entreprises privées comme les services publics, à l’exception du personnel soignant qui nécessite des masques aux capacités filtrantes plus élevées.

 

Lancée le 13 avril, la production repose sur une réorientation de l’outil industriel de l’entreprise dans le but de fabriquer près de 100 000 masques par jour.

❤️ L'entreprise BROUSSAUD reçoit le prix Coup de Coeur (basée aux Cars en Haute-Vienne)

Depuis trois générations, Broussaud confectionne de A à Z des chaussettes de qualité pour tous les publics.

 

Labélisée « Entreprise du Patrimoine Vivant » et « Origine France Garantie », la compagnie s’attache à un savoir faire historique qui a fait sa renommée, tout en cherchant constamment à moderniser ses collections grâce à de nouveaux styles, de nouveaux procédés de fabrication, ou encore l’utilisation de matières premières innovantes telles que le bambou.

Retrouvez toute l’actualité des Néo Aquitains sur la page FacebookTwitter et LinkedIn dédiée ainsi que sur le site des Néo Aquitains.

 

Plus d’informations sur la finale régionale 2020

La finale des Néo Aquitains 2020 en vidéo

Cet article pourrait vous intéresser

La nouvelle formule des prix de l’économie Néo Aquitains en 2020 et les lauréats de chaque département.

Implantée en Pays Basque depuis 20 ans, TVPI diffuse en Pays basque et dans le sud des Landes, via le canal 30 de la TNT et au national via les Box des fournisseurs d’accès internet (Orange, Free, Bouygues, SFR/Numéricable).

 

Au mois de mars, le directeur général du Groupe Sud Ouest, Patrick Venries, a annoncé le rachat de la chaîne locale TVPI.

TVPI, des histoires, un pays

TVPI est la chaîne de télévision du Pays Basque, 100% locale, 100% positive.

 

Avec 113500 téléspectateurs par semaine (31 500 par jour), TVPI jouit d’une excellente notoriété et d’une forte pénétration (23,1%).

 

Le récent rachat par le Groupe Sud Ouest associé à Messieurs Olano et Charritton ne remet pas en cause la ligne éditoriale. Basée sur des reportages locaux, contemplatifs, positifs, la chaîne nourrit cette notion d’identité à un pays, promesse que l’on retrouve jusque dans sa nouvelle signature : “TVPI, des histoires, un pays”.

Sud Ouest et TVPI, un ancrage local fort

L’ambition de ce rachat consiste à apporter plus de modernité, autant dans les angles choisis, dans les habillages d’antenne que dans le choix des canaux de diffusion.

 

Depuis début juin, TVPI possède un corner vidéo adossé à sudouest.fr, permettant ainsi de visionner directs et programmes  phares en replay : sudouest.fr/lachainetvpi/.

Chaque mois, le site sudouest.fr enregistre 65 millions de visites, il est ainsi le 9ème site éditorial français.

 

Une stratégie d’acquisition d’audience digitale, notamment sur les réseaux sociaux, appuie ce lancement. Dans un second temps (objectif 2022), une antenne sera déployée sur le Pic du Midi, permettant une extension de la zone de diffusion TNT de TVPI au Béarn et à l’est des Landes.

Olivier Berhonde
Directeur délégué de TVPI
Olivier_Berhonde

Cet article pourrait aussi vous intéresser

Après l’installation de la chaîne locale TV7 au siège social Sud Ouest en 2017, le premier groupe de presse de la Nouvelle-Aquitaine accélère sa transition audiovisuelle autour de trois grands projets.

Le Groupe Sud Ouest évolue sans cesse pour être au plus près des attentes de ses lecteurs. A partir du 1er juin, deux nouveautés font leur apparition sur notre quotidien pour répondre au mieux aux attentes de nos lecteurs en région.

Sud Ouest vous informe en Gironde

Nos éditions Girondines évoluent et passent à 4 éditions au lieu de 3 actuellement : 

Bordeaux Agglo, Arcachon/Médoc, Libournais/Blayais et Sud Gironde

Sud Ouest vous divertit

Le 1er juin marquera aussi le retour des pages services dans nos colonnes. De nouvelles pages thématiques à retrouver au cœur de votre quotidien sur tous nos départements pour vous divertir

 

  • pages Bourse, pour retrouver tous les cours de la bourse 
  • pages Cinéma, vous liste tous les horaires et toutes les séances à ne pas manquer dans les salles près de chez vous
  • pages Hippisme, l’actualité des courses hippiques

 

Des actualités proches de vous et de vos intérêts pour faciliter votre quotidien

Toutes nos actualités à retrouver chaque jour dans Sud Ouest et sur sudouest.fr

Cet article pourrait aussi vous intéresser

Après l’installation de la chaîne locale TV7 au siège social Sud Ouest en 2017, le premier groupe de presse de la Nouvelle-Aquitaine accélère sa transition audiovisuelle autour de trois grands projets.

La Marque Employeur est un levier de communication des entreprises qui prend de plus en plus d’ampleur. 

L’incertitude liée à la pandémie a donné la priorité à des notions telles que le bien-être professionnel, la sécurité émotionnelle, l’isolement ou la dépression. Autant de préoccupations que les entreprises doivent apprendre à gérer pour stimuler et enrichir leurs collaborateurs et leur donner les clés de la confiance mutuelle.

 

Au-delà de la tendance du mieux consommer, on veut savoir ce qu’on achète mais aussi pour qui on travaille. De la production, au management, transparence et confiance seront les maîtres mots de cette année.

Qu'est ce que la Marque Employeur ?

La marque employeur fait référence à une stratégie qu’une entreprise met en œuvre pour se rendre plus attractive et augmenter sa valeur auprès de ses différentes cibles, internes et externes. Salariés, clients, fournisseurs, partenaires, candidats, médias… elle s’adresse à toutes les parties prenantes de l’entreprise.

 

Il s’agit d’une stratégie liée aux RH d’une entreprise qui participe à la bonne réputation de la marque et de l’entreprise.

 

Une communication autour de la Marque Employeur permet de 

 

  • diffuser une image positive et renforcer sa réputation, 
  • renforcer l’attractivité de l’entreprise
  • fidéliser les collaborateurs en développant l’engagement et la fierté d’appartenance.

Pourquoi adopter une démarche Marque Employeur

Parce que les chiffres sont plus parlants que des mots, voici quelques statistiques sur le sujet qui montrent tout son intérêt à la fois des demandeurs d’emploi mais aussi des recruteurs :

 

84% des demandeurs d’emploi affirment que la réputation d’une entreprise en tant qu’employeur joue un rôle important dans leur choix. Les candidats veulent savoir quel genre d’entreprise vous êtes et savoir si vos valeurs sont cohérentes avec les siennes, communiquez en toute transparence !

 

80% des recruteurs déclarent que la marque employeur permet d’embaucher des collaborateurs de qualité. En honorant votre promesse de marque employeur et partageant des valeurs d’entreprise, vous augmentez la qualité de vos recrutements.

 

90% des collaborateurs changeraient d’emploi si on leur offrait un poste dans une entreprise avec une excellente réputation. Si vous ne travaillez pas votre marque employeur, d’autres entreprises qui le font, sauront attirer vos meilleurs collaborateurs. Au-delà de la mission, les collaborateurs sont a la recherche d’une entreprise en laquelle ils croient et qui correspond à leurs valeurs.

 

A ce sujet, un article intéressant d’Influencia sur l’emploi subi et le métier choisi à lire ici

 

86% des professionnels RH affirment que le recrutement ressemble de plus en plus au Marketing. Il ne s’agit plus simplement de recruter mais de mieux vendre son entreprise, travailler son image de marque pour attirer des nouveaux collaborateurs et répondre à ses besoins d’entreprise.

 

Sources TalentNow, Linkedin Business recruiting trends, CRO Magazine, iCIMS

Comment aborder ce type de communication

La Marque Employeur est une belle occasion de prendre la parole auprès de vos interlocuteurs BtoB. L’ entreprise va pouvoir utiliser différents leviers de communication :

 

  • valoriser son savoir faire, ses valeurs, ses ambitions
  • valoriser son personnel, se clients, ses partenaires
  • valoriser ses métiers et sa marque comme recruteur

 

Attention toutefois : il ne suffit pas d’affirmer ses valeurs, sa mission ou sa raison d’être, il faut apporter des preuves pour passer un message crédible et fondé.

 

Les collaborateurs quant à eux,  sont les ambassadeurs d’une entreprise. Une marque employeur doit être relayée par les collaborateurs pour apporter davantage de crédibilité et éviter la parole unique.

 

Une stratégie de Marque Employeur peut être intégrée dans une démarche plus globale de RSE (Responsabilité Sociétale de l’Entreprise). Les engagements sociaux de l’entreprise servent autant sa marque employeur que sa responsabilité sociétale.

Développer sa marque employeur peut nécessiter une réflexion globale sur l’identité de marque à travers la construction d’une plateforme de marque : l’ADN de l’entreprise.

Eliette, l’agence de communication du groupe Sud Ouest vous accompagne dans l’élaboration de votre plateforme de marque. En savoir plus

Vous souhaitez mettre en place une communication sur votre marque employeur et vous ne pensez pas avoir les outils nécessaires ?

Valentine Marc
Chargée de communication et marketing
Photo de Valentine MARC

Cet article pourrait aussi vous intéresser

La RSE regroupe les pratiques mises en place par une entreprise dans le but de respecter les principes du développement durable.

Mais comment faire évoluer sa communication dans une démarche plus responsable ?

Podcast, nm : un contenu audio numérique que l’on peut écouter n’importe où, n’importe quand, grâce à la technologie du flux RSS.

Depuis ce début d’année nous avons envie de vous partager nos sélections de podcasts à découvrir absolument. Cette fois, nos 4 podcasts chouchous pour égayer notre printemps.

Une sélection très orientée médias, mais on ne se refait pas !

logo-mediarama

Mediarama, le podcast sur l'univers des médias

Un podcast lancé par l’agence digitale Cosavostra et animé par François Defossez qui plonge au coeur de la galaxie média et part à la rencontre des principaux acteurs, pour décortiquer avec eux les innovations, les dernières tendances et les modèles de demain. 

Data et publicité ciblée, innover dans la presse locale, la télé SVOD… de nombreuses tendances sont abordées avec comme témoins des acteurs de médias emblématiques Français.

A écouter sur : le site dédié ou  sur votre plateforme de streaming préférée

FvEw368nqrHbTLS6RsYgTGeBN8NRZZ7ICbjQKj5X_400x400

Les médias se mettent à table

Le podcast qui décode des enjeux de la transformation numérique.

Chaque mois, un(e) invité(e) se met à table pour décoder les enjeux de la transformation numérique de son média: innovation éditoriale, business model, organisation, relation avec les GAFA, etc. 

Un podcast qui donne la parole aux acteurs des médias français pour comprendre et suivre leur évolution vers la transformation numérique.

A écouter sur :  la page dédiée ou sur votre plateforme de streaming préférée

hebdo eco

L'hebdo ECO : le podcast dédié à l'économie locale

Chaque vendredi, le journaliste de Sud Ouest spécialiste de l’économie, Nicolas César, décrypte un sujet de l’économie locale accompagné d’acteurs et experts : les coulisses du marché de seconde main, l’égalité hommes-femmes au travail, faire face aux cyberattaques…

A écouter sur :  la page Podcasts Sud Ouest et toutes les plateformes de streaming musical

femmes puissantes

Femmes puissantes : pour éveiller notre esprit féministe

Un podcast France Inter animé par Léa Salamé qui donne la parole aux femmes d’aujourd’hui qui rayonnent.

De Christiane Taubira en passant par Virginie Despentes ou encore Christine Lagarde, des entretiens d’une heure pour découvrir ces femmes inspirantes qui se sont fait un nom dans leur milieu.

A écouter sur : la page dédiée et toutes les plateformes de streaming musical

A vos écoutes !

Valentine Marc
Chargée de communication et marketing
Photo de Valentine MARC

Cet article pourrait aussi vous intéresser

casque podcast

Notre sélection des 4 podcasts incontournables pour bien commencer l’année.

Demande de devis