Sud Ouest lance une nouvelle newsletter pour ne rien manquer de l’actualité sportive !

 

L’équipe du service des sports de Sud Ouest est à l’origine de cette Lettre des Sports hebdomadaire.

Frédéric Laharie, chef du service des sports chez Sud Ouest, revient sur cette newsletter lancée pour la première fois le 23 juillet dernier.

Quel est le concept de la Lettre des Sports ?

Il s’agit d’offrir aux inscrits, au moins deux fois par semaine (lundi et vendredi) le meilleur de ce qui a été publié sur sudouest.fr dans la rubrique sport général.

Elle a pour but de donner l’essentiel des infos aux lecteurs qui n’auraient pas eu le temps de nous suivre au quotidien et de mettre en valeur le travail de la rédaction sportive car la priorité sera donnée aux reportages et aux informations de nos journalistes et à tout ce qui fait la valeur ajoutée de notre service. Cela sera en quelque sorte la vitrine.

Cette Lettre peut être éditorialisée et peut aussi être déclenchée chaque jour de la semaine en fonction de l’actualité.

À qui s'adresse la Lettre des Sports ?

Elle s’adresse à tous les passionnés de sport en premier lieu, évidemment. Mais pas seulement. Le but est aussi d’intéresser d’autres lecteurs par le biais d’articles qui traitent de sports par d’autres biais (économiques, médiatiques, voire culturels) pour faire comprendre que le sport ne se limite pas au terrain.

Quel est l'objectif du Groupe Sud Ouest avec cette newsletter ?

Concernant le service des sports, cette “Lettre des Sports” est la suite logique de la “Sud Ouest Rugby Mail” qui traite chaque lundi et vendredi de l’actualité du rugby, et du “Récap Girondins” pour celle des footballeurs bordelais.

Pour le groupe “Sud Ouest”, il s’agit d’enrichir notre offre de newsletters pour attirer de nouveaux lecteurs ou fidéliser ceux qui nous suivent déjà. Et donc d’augmenter le nombre de nos abonnés.

Quelles sont les évolutions prévues de la Lettre des Sports dans les mois à venir ?

La “Lettre des Sports” pourra être “customisée” lors de grands événements tels qu’une Coupe du monde de football ou les prochains JO de Paris.

 

On pourra aussi l’éditorialiser en demandant aux journalistes de sport (siège et agence) voire d’autres services intéressés par le sport d’y livrer leurs coups de cœur du moment comme c’est déjà le cas pour la lettre des abonnés pour des sujets généraux.

Pour s’inscrire à la Lettre des Sports, cliquez ici

Cet article pourrait aussi vous intéresser

Sud Ouest lance un nouveau service pour ses lecteurs en recherche d’un bien automobile.

Le Groupe s’est accompagné de son pilier de l’innovation 1Kubator et d’une start up spécialisée dans l’automobile, Hellogova.

On en parlait dans notre article sur les tendances médias, les newsletters ont pris une place considérable dans nos boîtes mail. 

Formidable outil de lien et véritable levier de nos plans de communication, les newsletters (et les outils digitaux de manière générale) ont pris d’autant plus d’ampleur dans nos quotidiens depuis la crise sanitaire.

 

A tous se ruer sur les envois d’emails et sur-informer les français, nos clients, nos fournisseurs, n’y a-t-il pas un risque de saturation de la part de nos publics ? 

Quelle est la tendance cette année en ce qui concerne les newsletters et la gestion des boites mails ?

Post confinement et sur information, on en veut (peut) plus !

On a constaté un débordement des abonnements aux newsletters en 2020. A l’isolement dû à la situation covid, on avait un grand besoin d’information sur tout ce qui se passait à l’extérieur. Les marques quant à elles ont utilisé ce moyen pour maintenir le contact avec leurs fidèles clients.

Oui mais. 

 

La vie reprend petit à petit son cours, l’activité professionnelle et la vie sociale retrouvent une normalité et cette sur-information n’a plus lieu d’être. Encore plus, on a envie de vrai, de contact et d’échange oral.

Nos boîtes mail débordent, on fait du tri !

On a cette fâcheuse tendance à s’abonner facilement lorsqu’on découvre un média sympa, qu’on nous recommande une newsletter ou qu’on a besoin de s’informer sur son secteur d’activité.

Mais au bout d’un moment, notre boite mail déborde. Qui n’a pas déjà eu le vertige en ouvrant son onglet “promotions” et voyant ces mails non lus qui s’accumulent ?

 

7 mails sur 10 ne sont jamais ouverts en France. On peut donc se questionner sur l’utilité de tous ces mails qui s’accumulent sans jamais être lus.

Less is more !

En tant que « consovicteur », le Français affiche une volonté d’être plus réfléchi, dans sa façon de consommer, valorisant les engagements des marques…

On va donc choisir plus méticuleusement les marques qu’on décide de suivre, les newsletters qu’on a envie de recevoir… L’objectif étant d’en recevoir moins mais plus ciblées sur nos besoins, nos envies et raccord avec nos valeurs !

Notre conscience écologique nous dit que trop d’emails, ça pollue !

Alors on continue le tri.

Parce que la crise sanitaire nous rappelle cruellement l’impact de nos modes de vie sur la planète. On pense à la pollution de notre vie numérique et on essaye d’évoluer dans le bon sens, le sens de notre planète.

Et pour ça on se dit qu’on privilégie les newsletters indispensables, celles qui ont une vraie pertinence pour limiter notre empreinte carbone.

 

Découvrez une infographie vertigineuse qui montre l’impact des emails

Cette conscience écologique liée à notre vie numérique et notamment les envois/réceptions de mails ne doit pas se limiter à un simple tri régulier. Il est primordial de s’intéresser à tout l’environnement numérique pour comprendre l’écosystème et garantir une démarche cohérente.

 

De bons conseils à retrouver par ici

Par ailleurs, depuis la mise en place de la loi RGPD, on a de plus en plus le reflexe de penser aux données personnelles qu’on laisse dans les formulaires et donc aux abonnements qu’on peut prendre…

Vers une prise de conscience globale entre écologie et respect des données personnelles ?

Et vous, quelle sera votre tendance 2021 concernant vos abonnements newsletters ?

Cet article pourrait aussi vous intéresser

Les médias font preuve d’agilité pour s’adapter aux nouveaux besoins des Français. Certaines tendances médias émergées ces dernières années, se sont considérablement accélérées en 2020, et deviennent la norme de nos stratégies 2021.

Sud Ouest lance un nouveau service pour ses lecteurs en recherche d’un bien automobile.

 

Le Groupe s’est accompagné de son pilier de l’innovation 1Kubator et d’une start up spécialisée dans l’automobile, Hellogova.

Un nouveau partenariat qui permet au groupe de presse du sud-ouest de participer activement à la mutation du secteur automobile vers le digital et d’offrir un nouveau service à ses lecteurs.

On vous présente la start-up Hellogova et le concept de ce nouveau partenariat avec Sud Ouest.

Quel est le concept d'Hellogova ?

Surnommée “le tinder de l’automobile”, Hellogova est une startup accélérée avec Théophraste, l’accélérateur de startups du Groupe Sud Ouest.

Créée par des spécialistes de l’automobile, elle propose un matching entre des particuliers en recherche et des annonces automobiles.

Olivier, Louis et Vianney ont développé une Intelligence Artificielle qui facilite la rencontre entre l’acheteur et le véhicule idéal via un questionnaire.

La mission principale d’Hellogova est d’apporter un conseil à l’acheteur selon son projet et le mettre en relation avec le vendeur possédant le véhicule qui répond à son besoin.

Pourquoi faire appel à Hellogova ?

Les 3 atouts d’Hellogova sont :

 

  • La garantie d’un conseil neutre et indépendant. Les conseillers virtuels (sous forme d’intelligence artificielle) d’Hellogova proposent la voiture la plus adaptée à la demande sans biais commercial ni surcoût !

 

  • Un service totalement gratuit sans obligation d’achat ! L’acheteur est libre, au bout de son parcours, d’acheter le véhicule ou non.

 

  • Un service qui facilite la recherche du véhicule idéal ! Un service parfaitement adapté aux personnes qui ont une idée de projet, un besoin particulier ou qui sont simplement perdus face à la multiplicité des choix du marché.

En quoi consiste le partenariat entre Hellogova et Sud Ouest ?

Il s’agit d’une plateforme co-brandée Hellogova avec Sud Ouest (et les titres associés) pour un conseil neutre et indépendant, disponible via les médias Sud Ouest.

L’objectif de ce partenariat est de proposer un service innovant et gratuit aux lecteurs Sud Ouest.

 

Comment ?

Le lecteur accède à la plateforme depuis les médias Sud Ouest, il peut alors répondre à des questions sur ses besoins, son utilisation, ses valeurs éventuelles et bien sûr son budget. La plateforme lui propose alors plusieurs véhicules avec un score de matching. A l’internaute ensuite de « liker » les véhicules qui lui plaisent. Enfin, il peut demander la mise en relation avec un professionnel pour essayer ou acheter son véhicule idéal.

Quelle est la mission du Groupe Sud Ouest dans ce partenariat ?
  • Rassurer avec une garantie de qualité : Sud Ouest fait confiance à Hellogova et son expertise pour assurer un conseil qualifié et répondre à tous les besoins des lecteurs 

 

  • Garantir un service local : L’ancrage local de Sud Ouest assure le lien entre les concessionnaires, vendeurs de voitures de notre territoire et les acheteurs potentiels

 

  • Une visibilité assurée dans le quotidien : le rendez-vous des adeptes d’auto-moto dans le quotidien du vendredi sera désormais co-brandé avec Hellogova.

 

Vous avez un projet automobile ?

Cet article pourrait aussi vous intéresser

getasound marketing sonore

On lit et on entend de plus en plus parler de la nouvelle tendance du marketing sensoriel ou marketing sonore. Une nouvelle façon pour les marques de se démarquer et de transmettre leur identité pour mieux faire adhérer à leur univers.

Podcast, nm : un contenu audio numérique que l’on peut écouter n’importe où, n’importe quand, grâce à la technologie du flux RSS.

Depuis ce début d’année nous avons envie de vous partager nos sélections de podcasts à découvrir absolument. Cette fois, nos 4 podcasts chouchous pour égayer notre printemps.

Une sélection très orientée médias, mais on ne se refait pas !

logo-mediarama

Mediarama, le podcast sur l'univers des médias

Un podcast lancé par l’agence digitale Cosavostra et animé par François Defossez qui plonge au coeur de la galaxie média et part à la rencontre des principaux acteurs, pour décortiquer avec eux les innovations, les dernières tendances et les modèles de demain. 

Data et publicité ciblée, innover dans la presse locale, la télé SVOD… de nombreuses tendances sont abordées avec comme témoins des acteurs de médias emblématiques Français.

A écouter sur : le site dédié ou  sur votre plateforme de streaming préférée

FvEw368nqrHbTLS6RsYgTGeBN8NRZZ7ICbjQKj5X_400x400

Les médias se mettent à table

Le podcast qui décode des enjeux de la transformation numérique.

Chaque mois, un(e) invité(e) se met à table pour décoder les enjeux de la transformation numérique de son média: innovation éditoriale, business model, organisation, relation avec les GAFA, etc. 

Un podcast qui donne la parole aux acteurs des médias français pour comprendre et suivre leur évolution vers la transformation numérique.

A écouter sur :  la page dédiée ou sur votre plateforme de streaming préférée

hebdo eco

L'hebdo ECO : le podcast dédié à l'économie locale

Chaque vendredi, le journaliste de Sud Ouest spécialiste de l’économie, Nicolas César, décrypte un sujet de l’économie locale accompagné d’acteurs et experts : les coulisses du marché de seconde main, l’égalité hommes-femmes au travail, faire face aux cyberattaques…

A écouter sur :  la page Podcasts Sud Ouest et toutes les plateformes de streaming musical

femmes puissantes

Femmes puissantes : pour éveiller notre esprit féministe

Un podcast France Inter animé par Léa Salamé qui donne la parole aux femmes d’aujourd’hui qui rayonnent.

De Christiane Taubira en passant par Virginie Despentes ou encore Christine Lagarde, des entretiens d’une heure pour découvrir ces femmes inspirantes qui se sont fait un nom dans leur milieu.

A écouter sur : la page dédiée et toutes les plateformes de streaming musical

A vos écoutes !

Valentine Marc
Chargée de communication et marketing
Photo de Valentine MARC

Cet article pourrait aussi vous intéresser

casque podcast

Notre sélection des 4 podcasts incontournables pour bien commencer l’année.

Cette année de distanciation sociale a accéléré l’engouement des Français et des médias pour l’audio.

On vous en parlait dans notre article sur les tendances médias de 2021, le Podcast est le premier moyen de l’économie conversationnelle vers laquelle on se dirige.

 

N’oublions pas que derrière ce support de communication qu’est le podcast se cache la grande famille du marketing sonore. 

Qu’est ce que c’est, qu’est ce que ça comprend et surtout comment l’utiliser à l’échelle de nos entreprises et nos marques ?

 

Voici des éléments pratiques pour comprendre tout le langage lié à cette tendance et pourquoi elle fera bientôt partie intégrante de nos plans de communication.

D'abord, un point sur le vocabulaire essentiel au marketing sonore

Comme on le disait précédemment, le marketing sonore regroupe un ensemble de moyens et supports dont il est important de comprendre les nuances.

ecouteurs carré

L’AUDIO DIGITAL

L’audio digital permet l’écoute en direct ou en différé de programmes audio tels que la radio traditionnelle ou le podcast. Cette écoute se fait par l’intermédiaire d’un canal de diffusion digital : site internet, webradio, plateforme de streaming,…

 

L’audio fait partie du quotidien des Français : chaque jour près de 8 internautes sur 10 écoutent un contenu audio.

Source : MEDIAMETRIE – Global Audio – Avril 2020

micro carré

Le PODCAST

Qui dit marketing sonore dit immédiatement PODCAST. 

Cet anglicisme désigne un programme audio disponible en ligne pour une écoute à la demande, par téléchargement ou en streaming. Il faut distinguer les “replay” qui sont les programmes préalablement diffusés et les “natifs” ou “originaux” qui sont ceux conçus pour être diffusés en ligne.

 

Les podcasts plaisent de plus en plus aux Français : aujourd’hui, 14% des Français écoutent des Podcasts natifs de manière hebdomadaire.

Source : étude CSA Les Français et podcast natif

cri carré

L’IDENTITE SONORE

L’identité sonore est la personnalité de votre marque représentée par l’audio. Il s’agit d’un son ou un ensemble de son associés à une marque et évocateurs des qualités ou caractéristiques de la marque.

 

L’identité sonore est une composante de l’identité de marque et un levier émotionnel fort.

L'impact du vocal et de l'audio sur nos usages

Cette tendance n’est pas nouvelle, depuis quelques années on voit de plus en plus émerger les commandes vocales ( notamment chez la GEN Z ), mais aussi les enceintes connectées dans de nombreux foyers par exemple. 

 

L’audio et le vocal révolutionnent petit à petit nos usages quotidiens.

Pour comprendre pourquoi, rappelons que l’audio favorise l’attention, l’interactivité et la mémorisation.

C’est un média aussi riche qu’intime et le podcast en particulier par l’effet “bulle sonore” qu’il créé, offre une réelle expérience immersive. Pas étonnant que les marques et les consommateurs l’aient adopté.

 

L’audio et le vocal font partie intégrante de nos usages et nos consommations car c’est  un moyen simple, rapide, qui amène une dimension d’affect non négligeable. Il a donc naturellement trouvé sa place dans nos médias et les stratégies de marques.

 

En ces temps où le « sans contact » règne, on est à la recherche d’expérience.

Pourquoi utiliser l'audio dans votre stratégie de branding

A l’heure où le digital et ses limites sont discutées, la tendance du marketing sonore arrive à point nommé pour amorcer une nouvelle relation avec ses cibles de communication.

L’audio offre des possibilités créatives nouvelles qui vont émouvoir et engager différemment les publics.

 

L’identité sonore par exemple est un formidable outil à mettre au service de votre stratégie de branding. Elle correspond à votre image de marque retranscrite sous forme d’éléments audio. Une fois créé, ce contenu pourra être diffusé sur divers canaux et être “recyclé” à l’infini pour nourrir votre stratégie de Brand Content. 

 

Une première étape vers votre stratégie de marketing sonore.

Pour aller plus loin sur l’audio et le marketing sonore, nous vous conseillons le blog de Getasound, notre partenaire de création sonore pour la communication.

 

Et pour creuser le sujet du podcast comme outil marketing, on vous recommande d’écouter ce podcast du marketing sur le sujet

Passez au média de l’intime et créez un nouveau mode de connexion avec votre cible. Sud Ouest Publicité vous accompagne dans votre stratégie de marketing sonore.

Valentine Marc
Chargée de communication et marketing
Photo de Valentine MARC

Cet article pourrait aussi vous intéresser

On entend de plus en plus parler de cette stratégie média mais pourquoi un annonceur devrait se mettre au ciblage contextuel ?

Une stratégie Content Centric ou stratégie contextuelle est un modèle de stratégie media online basée sur les contenus.

Le contextuel va permettre de se focaliser sur le contenu et l’environnement dans lequel la publicité est affichée.

 

Le ciblage va se faire soit via des rubriques de sites médias (sport, bourse, lifestyle…), via un ciblage par mot clef ou via des algorithmes sémantiques qui associent une page à un contexte.

 

La stratégie contextuelle associe vos messages au centre d’intérêt immédiat des internautes. Et ainsi permet de mener des opérations de communication à un moment stratégique.

 

On entend de plus en plus parler de cette stratégie média mais pourquoi un annonceur devrait se mettre au ciblage contextuel ?

On a trouvé 4 bonnes raisons de passer le cap !

1 - Privilégier le contexte plutôt que la data

Rappel du contexte digital actuel :  Le cookie qui a révolutionné la publicité digitale, traverse une période difficile. Nouvelles réglementations, suppression des navigateurs,… on parle d’un futur “cookieless”…

 

A ce sujet, on vous explique la nouvelle réglementation des bandeaux cookie juste ici

 

Les annonceurs doivent revoir leur stratégie de ciblage car il va être de plus en plus difficile de diffuser des publicités et personnaliser les messages. Il faut donc trouver une solution de ciblage qui ne serait pas basée sur la navigation et le comportement des internautes.   

 

Le ciblage contextuel permet de se concentrer sur l’intérêt immédiat de l’internaute et l’environnement dans lequel apparaît la publicité. On ne parle plus de l’historique de l’internaute. Les données sociodémographiques obtenues grâce aux cookies tiers n’entrent plus en jeu.

 

Une bonne alternative de ciblage pour s’affranchir des cookies tiers.

2 - Communiquer de manière rationnelle et valorisante

 Avec un ciblage contextuel, vos messages publicitaires sont diffusés dans des contextes favorables et cohérents.

 

Votre marque apparaît au moment où l’internaute est concentré sur une thématique affinitaire, ce qui permet de capitaliser sur son attention et décupler son intérêt. 

Vous adressez des audiences en affinité avec le contenu ou le thème choisi et donc la publicité est tout à fait pertinente.

 

Un environnement garanti valorisant pour l’image de votre marque pour une meilleure expérience utilisateur.

3 - Adopter des pratiques publicitaires responsables

Cette technique de ciblage  se fait sans collecte de  données personnelles, et ne nécessite pas de consentement de la part des utilisateurs.

 

Une approche plus respectueuse de la vie privée des utilisateurs mais aussi une meilleure couverture des annonceurs qui sont capables d’adresser près de 100% des internautes. 

 

Une façon plus responsable de communiquer dans le respect de la vie privée des internautes

4 - Penser image de marque

Grâce au ciblage contextuel, vous maîtrisez totalement les contenus où sont affichées vos publicités.

 

Ces contenus et sites sont identifiés et utilisés pour leur intérêt éditorial et la pertinence du sujet. Vous apparaissez donc dans un environnement éditorial qualitatif, sécurisant et brand-safe.

 

Des labels tels que Digital Ad Trust notamment, permettent d’assurer la qualité des espaces publicitaires proposés aux annonceurs par les régies. Il prend en compte la Brand Safety, l’absence de Fraude et le respect des données personnelles.

Si vous ne connaissez pas encore ce label, on vous en parlait juste ici

 

Votre image de marque est ainsi protégée et valorisée dans le contexte.

Les solutions au futur sans cookies sont multiples. Le ciblage contextuel paraît être une bonne alternative pour allier respect de  l’internaute, pertinence du message et valorisation de l’image de marque.

Adressez les bons messages, au bon moment et au bon endroit !

Si vous êtes intéressé par une campagne programmatique contextuelle, découvrez nos bouquets thématiques. Des listes de sites thématiques pour garantir un environnement pertinent et sécurisé.

Valentine Marc
Chargée de communication et marketing
Photo de Valentine MARC

Cet article pourrait aussi vous intéresser

Depuis le premier octobre, les sites internet n’ont plus que jusqu’au 31 mars 2021 pour adopter 2 règles simples sur le consentement à la publicité ciblée et l’utilisation des cookies, sous peine de sanction. On vous explique la nouvelle reglementation.

Chez Sud Ouest Publicité nous avons une conviction, quel que soit son secteur d’activité, un annonceur peut communiquer en continu sur une année en surfant sur les temps de communication. 

 

L’année 2020 a fait émerger une certitude : les entreprises qui s’en sortent le mieux sont celles qui maintiennent un lien, une communication régulière avec leurs cibles.

Pour vous accompagner dans votre plan de communication 2021, voici un panorama des moments clés qui devraient rythmer notre année : commerce, automobile, immobilier, santé, environnement, tourisme et loisirs, formation.

Il répertorie les journées mondiales, les événements incontournables, les fêtes et autre actualités de la culture populaire.

 

Un formidable outil pour vous projeter sur les dates à ne pas manquer cette année. Illuminons l’année 2021 !

panorama des temps forts de communication 2021

Un outil à télécharger, partager, diffuser, consulter et afficher dans son bureau !

Valentine Marc
Chargée de communication et marketing
Photo de Valentine MARC

Cet article pourrait aussi vous intéresser

Image environnement et écologie

2021 se voudra être l’année de l’énergie et l’environnement avec des nombreuses actualités où les annonceurs pourront communiquer tout au long de l’année dans une démarche RSE.

Podcast, nm : un contenu audio numérique que l’on peut écouter n’importe où, n’importe quand, grâce à la technologie du flux RSS.

Plus d’un Français sur 4 écoutent chaque mois des podcasts natifs ou du replay radio soit 12,3 millions d’auditeurs de replay radio ou podcasts natifs par mois.

Source : Médiamétrie – Global Audio – Internautes 15 ans et plus – Janvier/Février 2020 

 

Une tendance qui s’est fortement accentuée pendant le confinement puisque 13% des auditeurs hebdomadaires ont commencé à en écouter durant le premier confinement.

 

Chez Sud Ouest Publicité nous n’avons pas échappé à cette tendance.

Voici notre sélection des 4 podcasts incontournables pour bien commencer l’année.

Le Podcast du Marketing : La stratégie marketing décryptée

Estelle Ballot, une spécialiste du marketing digital propose à travers chaque épisode un mini cours de marketing et stratégie sur des thèmes précis.

Le storytelling, se fixer des objectifs, l’emailing, créer son pitch… autant de sujets passionnants et pertinents qui répondront à nos interrogations. Qu’on soit jeune entrepreneur ou employé d’une entreprise, les épisodes analysent les techniques marketing qui marchent et les actions à mettre en place. Petit plus avec ces conseils qui permettent de mettre rapidement en place des actions simples sur nos propres sujets.

A écouter sur : le site dédié ou Apple Podcast

Le Monde d'Hermès : quand les marques font des podcasts

Parce que le podcast est un média, il représente aussi des opportunités de création de contenu pour les marques. 

Celui-ci nous propose une immersion dans l’atelier de la maison Hermès. On y découvre le quotidien des artisans qui y travaillent, leurs rêves et leur vision du métier.

Une vraie expérience, une immersion totale au cœur de l’action de la marque de luxe. Et un très bel exemple de Brand Content.

A écouter sur : directement sur le site Hermès

Travail (en cours) : l'analyse du travail dans nos vies

Parce que cette dernière année a complètement bousculé nos habitudes de travail, ce podcast trouve parfaitement sa place. Produit par Louie Media, ce podcast explore les bouleversements du travail et sa place dans nos vies. Il tente de répondre à nos questionnements avec des témoignages et des avis d’experts. 

Open Space, Télétravail, présentéisme et confinement, s’épanouir au travail, … le monde du travail évolue et Travail (en cours) a encore de belles histoires à nous raconter.

A écouter sur :  le site Louie Media et toutes les plateformes de streaming musical

Les quatre saisons du vin : la presse locale prend la parole

Le quotidien Sud Ouest propose désormais plusieurs podcasts natifs. Entre autres,  Les quatre saisons du vin qui nous raconte l’actualité vino-viticole de Nouvelle-Aquitaine. 

Des épisodes animés par des journalistes de la rédaction Sud Ouest et Terre de Vins, accompagnés d’intervenants experts pour des actualités locales et thématiques. Du stylo au micro, il n‘y a qu’un pas, que la rédaction Sud Ouest a franchi !

A écouter sur : Acast et toutes les plateformes de streaming musical

Pour aller plus loin et découvrir plus de podcasts dédiés aux professionnels du digital, le Blog du Modérateur nous propose sa sélection.

A vos écoutes !

Valentine Marc
Chargée de communication et marketing
Photo de Valentine MARC

Cet article pourrait aussi vous intéresser

Après l’installation de la chaîne locale TV7 au siège social Sud Ouest en 2017, le premier groupe de presse de la Nouvelle-Aquitaine accélère sa transition audiovisuelle autour de trois grands projets.

Face à l’épidémie mondiale, de nombreux événements autour de l’environnement et de l’énergie ont été perturbés et certains d’entre eux ont même dû être reportés comme la COP 26 (Conférence des Nations Unies sur le changement climatique) qui aura désormais lieu les deux premières semaines de novembre 2021.

 

2021 se voudra donc être l’année de l’énergie et de l’environnement avec de nombreux moments, événements et autres actualités où les annonceurs pourront communiquer tout au long de l’année dans une démarche RSE.

Les grands rendez-vous 2021 du développement durable

Tout au long de l’année, il y aura des journées et des semaines nationales, européennes et internationales autour du développement durable qui donnent des sujets RSE tout prêts à aborder et ce, quel que soit le secteur d’activité.

 

Ces événements déjà programmés sur l’ensemble de l’année 2021 permettent de prévoir à l’avance ses publications et communications afin d’avoir une meilleur vision sur son plan de communication sur l’année.

Pour vous accompagner dans l’élaboration de votre plan de communication 2021 autour de sujets environnementaux et énergétiques, nous vous avons préparé un panorama des principaux événements 2021 autour du développement durable.

 

L’infographie ci-dessous répertorie les principales journées et semaines nationales, européennes et mondiales de l’année autour de ces sujets.

Calendrier 2021 des événements de l'environnement

Un outil à télécharger, partager, diffuser et afficher dans son bureau !

Cet article pourrait aussi vous intéresser

En tant qu’acteur économique sensible aux enjeux de sa planète, le Groupe Sud Ouest a son rôle à jouer dans la transition écologique.

Nous allons parler du « bandeau cookie », vous savez, celui que l’on voit fleurir sur tous les sites et applications, et qui est géré par une “Consent Management Plateform”, plus communément appelé CMP.

Définition des cookies donné par la CNIL :

Le cookie est une suite d’informations, généralement de petite taille et identifié par un nom, qui peut être transmis à votre navigateur par un site web sur lequel vous vous connectez. Votre navigateur web le conservera pendant une certaine durée, et le renverra au serveur web chaque fois que vous vous y reconnecterez.

Quelle est la nouvelle recommandation donnée par la CNIL ?

C’est officiel !

 

Depuis le premier octobre, les sites internet n’ont plus que cinq mois (jusqu’au 31 mars 2021) pour adopter 2 règles simples sur le consentement à la publicité ciblée et l’utilisation des cookies, sous peine de sanction :

 

  • TRANSPARENCE

Un devoir d’informer de façon claire et synthétique sur la nature du ciblage : publicité personnalisée ou non, publicité géolocalisée, personnalisation du contenu ou encore partage d’information avec les réseaux sociaux.

 

  • CONSENTEMENT

Il doit être aussi simple de refuser les traceurs de publicité que de les accepter, donc un clic pour l’acceptation et un clic pour le refus, alors qu’aujourd’hui c’est plutôt plusieurs clics pour le refus et un clic pour accepter.

Vous l’aurez compris, l’ « Opt In » ou acceptation, vu la symétrie du consentement demandé par la CNIL, va baisser de 80-90% actuellement à moins de 50%, voire diminuer jusqu’à 20%.

(selon les baromètres de Commanders Act et de l’agence Empirik)

 

La raréfaction de la donnée utilisateur, pilier des dépenses publicitaires, risque de fortement impacter les éditeurs. C’est un changement profond de modèle économique, avec un risque de voir le CA baisser de 30 à 50%.

 

Si l’on ajoute à cela la fin des cookies tiers sur Google Chrome en 2022 et déjà leur suppression sur des navigateurs comme Safari ou Firefox, le risque de perte augmente encore.

Quelles solutions pour les éditeurs et publicitaires ?

Travailler ces prochains mois sur une stratégie cookie-less et consent-less (cookie wall?) apparaît inévitable pour les éditeurs de contenus.

Pour revenir au sujet CMP et consentement, peut-être que le plus urgent pour les éditeurs utilisant Google Ad Manager (et ils sont très nombreux), est de statuer sur la base légale des finalités 2, 7, 9 et 10 du TCF v2, consentement ou intérêt légitime.

Pour faire simple : 

 

S’il y a refus de la part de l’utilisateur et base légale du consentement :

le service GAM est indisponible et donc absence de toute publicité. Se posera ensuite la question de la solution technique à déployer pour diffuser de la publicité autrement que par l’outil Google au risque de voir une chute brutale des revenus. Il faudra le remplacer par un autre AdServer qui lui sera en capacité de diffuser de la publicité lors du refus de consentement.

 

S’il y a refus de la part de l’utilisateur et base légale intérêt légitime 

(qui stipule que même si il y a un refus de consentement, certains services doivent continuer à fonctionner pour la survie de l’activité et de l’entreprise)

Le service Limited Ads est activé par GAM, avec la possibilité de faire le ciblage sur les adresses IP ou du contextuel.  Uniquement valable pour les campagnes directes et en médiation.

Le choix me parait simple, mais peut-être un peu moins à mettre en place.

Si pas de consentement, il paraît primordial de trouver une alternative à Google Ad Manager, pour éviter tout recours à l’intérêt légitime sur des finalités à la limite des recommandations de la CNIL. Également, permettre aux campagnes programmatiques en enchères ouvertes de diffuser sur des critères de ciblage contextuel et privacy by design ( protéger les données personnelles dès la conception du traitement des données ).

C’est donc un gros chantier qui s’annonce pour tous les acteurs de la publicité digitale, avec comme date butoire : le 31 mars 2021.

 

Pour en savoir plus, Stratégies en parle par ici 

Florian Poulain
Chef de projet monétisation et Revenue Management

Cet article pourrait aussi vous intéresser

Website

Le “Web” a rapidement été mis gratuitement à disposition du public et est devenu un outil indispensable du quotidien de milliards de personnes. Les  3 étapes de l’évolution du nombre de sites internet.

Demande de devis