La FEVAD a publié son bilan du e-commerce pour l’année 2019. Voici les points clés à retenir.

  •  Le e-commerce franchit la barre des 100 milliards €

En 2019, le chiffre d’affaires généré par le commerce en ligne franchit la barre symbolique des 100 milliards d’euros. Ce chiffre comprend les ventes de services en ligne et celles de produits.

Il représente une hausse de 11,6 % par rapport à l’année précédente.

 

 

Le nombre de transactions ont, elles augmenté de 15 %. L’année dernière, 1,7 milliards de transactions ont été enregristrées en ligne.

Des chiffres en hausse depuis 10 ans : les ventes en ligne ont été multipliées par quatre entre 2009 et 2019.

Toutefois, les ventes de produits en ligne, ne représentent que 10 % du commerce de détail. 90 % des ventes se faisant encore en magasin.

  •  Les achats sur mobile en constante progression

Les ventes sur mobile progressent de 18 %, soit une hausse 4 fois supérieure à celles des ventes au global.

D’après les estimations de la FEVAD, les achats sur mobile devraient être majoritaires dès 2021. Ils représentent à ce jour 39 % du chiffres d’affaires enregistré.

Les visites sur mobile du Top 15 des sites e-commerce FEVAD/Médiamétrie ont d’ores et déjà pris le dessus sur les visites faites sur ordinateur.

 

L’acquisition de nouveaux clients se fera sur mobile, à nous d’en tenir compte dans nos plans de communication.

  •  Des acheteurs éco-responsables

53 % des acheteurs en ligne, disent tenir compte de l’impact environnemental et écologique de leurs achats. Un taux encore plus fort chez plus jeunes, qui sont 6 sur 10 à prendre en compte l’impact environnemental dans le choix de leurs produits.

 

Les circuits-courts et le made in France sont prévilégiés, ainsi que le regroupement de commandes et la livraison en points relais.

94 % des e-acheteurs se sentent prêts également à réutiliser ou a recycler les emballages des produits reçus, afin de limiter leur empreinte écologique.

  •  L’émergence de l’économie circulaire

L’économie circulaire, qui consiste à produire, échanger et partager pour permettre le progrès social et la préservation du capital naturel, s’invite dans les pratiques du e-commerce.

 

45 % des acheteurs en ligne déclarent avoir acheté au moins un produit issu de l’économie circulaire en 2019. Le succès de sites comme Vinted ou Back Market en témoigne.

Deux facteurs peuvent expliquer l’attrait pour les sites de reventes : la préservation de l’environnement et l’attraction des prix bas.

 

Une tendance à suive sur les prochaines années.

Cet article pourrait aussi vous intéresser

Rendre notre monde « meilleur » est désormais une quête commune, entre citoyens, institutions et entreprises.