Alors que la crise liée au coronavirus touche de plein fouet l’économie française, elle fait également naître de nouveaux modes de consommation.

 

Pour tirer leur épingle du jeu, les entreprises ont dû réadapter leurs façons de travailler, de communiquer et de distribuer en tenant compte de l’évolution des comportements.

 

Sur ce point, le digital semble être le grand « gagnant » du confinement. En effet, la période a mis en exergue l’importance de la transformation digitale des entreprises. Tour d’horizon des secteurs qui ne connaissent pas la crise face au Covid-19.

Visioconférence

Les visioconférences, stars du télétravail

Le travail à distance se développant, les entreprises ont été poussées à trouver de nouveaux moyens pour communiquer avec leurs salariés et leurs clients.

La visioconférence s’illustre ainsi comme le nouvel outil adéquat pour permettre la poursuite de l’activité. Collaboration plus fréquente, réduction directe des coûts, son utilisation est rentrée dans les habitudes de millions de travailleurs.

 

Devenues indispensables, les applications de visioconférence telles que Zoom, WebEx ou encore Google Meet, sont les grandes gagnantes du confinement. D’après le nouveau rapport d’App Annie, elles ont été téléchargées plus de 62 millions de fois entre le 14 et le 21 mars 2020. Teams, l’outil collaboratif de Microsoft, a quant à lui enregistré une augmentation de 1000 % en mars 2020.

 

Adopté par les salariés, le télétravail a encore de beaux jours devant lui, tendant à devenir le nouveau mode de travail privilégié des entreprises et entrainant avec lui le développement des outils de visioconférence.

Amazon

L’hégémonie des GAFA

Alors que la majorité de la population mondiale est confinée, les services dématérialisés des géants Google, Amazon, Facebook et Apple sont devenus des supports indispensables. Effectuer ses achats en ligne, se distraire, télétravailler ou encore communiquer avec ses proches, les habitudes des Français ont pris une dimension numérique.

 

Concernant la publicité en ligne, les GAFA doivent faire face à la chute de leurs revenus publicitaires. Bien que les plateformes enregistrent une légère hausse de fréquentation, elles pâtissent d’un ralentissement des investissements publicitaires. Cette réduction significative de la demande des annonceurs est tout de même à nuancer. En effet, on observe une stabilisation des recettes publicitaires enregistrées par Facebook au même niveau qu’au premier trimestre 2019.

 

Loin de s’arrêter en si bon chemin, les GAFA se mobilisent dans la lutte contre l’expansion du virus. Google et Apple ont annoncé leur effort conjoint dans un projet permettant le suivi numérique des individus ayant été à proximité de personnes infectées.

E-commerce

Le confinement profite au e-commerce français

Avec le confinement, les ventes en ligne de certains secteurs ont été relancées. D’après une étude de la Fevad, 18 % des sites e-commerce ont enregistré un chiffre d’affaires en hausse, notamment dans l’alimentation, la téléphonie-informatique et les produits culturels/éducatifs.

 

De même, cette période difficile a accéléré la transformation digitale des petits commerces locaux.

Pendant longtemps réfractaires aux outils digitaux, ils ont été nombreux à intégrer ces nouveaux usages pour faire face aux nouvelles attentes de leurs clients et surmonter la crise.

 

Afin de soutenir les petites entreprises locales, des projets e-commerce solidaires et participatifs ont vu le jour. Dans la région Sud-Ouest, la plateforme interactive « Tous Bassin » a été créée et regroupe les informations des commerces locaux pendant cette crise sanitaire du coronavirus. Ne disposant pas de site e-commerce dédié pour leur boutique, cette initiative a permis de donner de la visibilité aux commerçants du bassin qui ont maintenu leur activité durant le confinement.

 

Le Groupe Sud Ouest a également lancé Courses contre la montre pour soutenir les commerçants et producteurs en permettant à leurs clients d’acheter des produits qu’ils pourront consommer également après le déconfinement.

 

En parallèle, les épiceries et les supermarchés ont fait leur arrivée sur les applications de livraison telles que Deliveroo et Uber Eats. Un service pour lequel les consommateurs ont été demandeurs, comme l’indique l’étude GfK.

Video Game

L’industrie du jeu vidéo bat des records

« Fortnite », « Animal Crossing : New Horizons » ou encore « Call of Duty : Warzone », ces jeux vidéo ont rythmé les longues journées des Français. Obligés de rester chez eux, les adeptes de jeux n’ont jamais autant joué et dépensé que durant le confinement. Selon le rapport publié par le cabinet SuperData, le secteur a connu un mois d’avril record. En effet, les dépenses mondiales consacrées aux jeux vidéo ont atteint 10,5 milliards de dollars en avril 2020 soit une augmentation de 17 % par rapport à avril 2019.

 

Faisant office de cour de récréation, les plateformes de live stream ont également vu croître leur fréquentation. L’arrêt des compétitions sportives a donné un coup de projecteur à l’eSport, pratique de jeux vidéo compétitifs, seul ou en équipe. Encore peu exploré par les clubs professionnels, l’eSport a permis aux sportifs de trouver un nouveau terrain de jeu pendant le confinement avec la digitalisation des compétitions. En mars 2020, la plateforme Twitch, certainement la plus plébiscitée, a comptabilisé 1,2 milliards d’heures de visionnage soit une augmentation de 23 % par rapport à février 2020.

 

 

L’expérience du confinement a mis en lumière l’importance vitale pour les entreprises d’intégrer des outils technologiques et des solutions digitales. S’il était déjà présent dans nos vies quotidiennes, le confinement a considérablement accéléré la transformation digitale de nombreux secteurs.

Cet article pourrait vous intéresser

Le e-commerce représentait déjà en 2020 un axe de développement majeur, après la crise du COVID 19 il devient la solution de distribution la plus sollicitée par les consommateurs mais aussi par les entreprises.